1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Hulot espère une reconduction du glyphosate pour une durée "en dessous de 5 ans"
1 min de lecture

Hulot espère une reconduction du glyphosate pour une durée "en dessous de 5 ans"

INVITÉ RTL - Le ministre de la Transition écologique et solidaire plaide pour "une sortie rationnelle et programmée" des pesticides.

Nicolas Hulot, invité de RTL le 23 octobre 2017
Nicolas Hulot, invité de RTL le 23 octobre 2017
Crédit : Camille Kaelblen / RTLnet
Nicolas Hulot était l'invité de RTL
11:55
Nicolas Hulot espère une reconduction du glyphosate "largement en dessous de 5 ans"
00:52
Nicolas Hulot "ne veut pas émettre la moindre opinion" sur le dossier Notre-Dame-des-Landes
00:54
Nicolas Hulot : "Je ne prends aucun plaisir au pouvoir"
00:16
Hulot espère une reconduction du glyphosate "largement en dessous de 5 ans"
11:53
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

La Commission européenne s'oriente vers une réautorisation limitée du glyphosate. Par la voix de Nicolas Hulot, la France plaide pour une homologation de l'herbicide, cancérogène selon certaines études, pour cinq ans au maximum. Invité de RTL lundi 23 octobre, le ministre de la Transition énergétique et solidaire précise sa position. "Je n'imagine pas une seule seconde qu'on réautorise (le glyphosate, ndlr) pour dix ans. Ce sera largement en dessous de cinq ans, je l'espère."

Nicolas Hulot, qui souhaitait en premier lieu interdire purement et simplement le glyphosate, ose être encore plus ambitieux : "On peut réautoriser par exemple pour trois ans, ce qui serait une bonne échelle. Et pendant ces trois ans, regarder tout ce que l'on peut trouver en termes d'alternative et aider ceux pour lesquels l'utilisation du glyphosate est indispensable à se pencher sur d'autres pratiques."

Le ministre d'État rappelle enfin son objectif "d'emmener le pays dans une transformation profonde." "Je sais que les choses ne se décrètent pas comme ça (...) J'essaie de prendre le sujet dans son intégralité pour (arriver à, ndlr) une sortie rationnelle et programmée de tous ces produits", termine Nicolas Hulot, dans l'attente de l'avis de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) sur certains néonicotinoïdes. Cette dernière a été chargée "d'analyser de façon prioritaire ces nouvelles données" afin de pouvoir "indiquer au gouvernement, dans les trois mois, si elles sont de nature à modifier les deux autorisations de mises sur le marché". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/