1 min de lecture Gouvernement

Nicolas Domenach : "Édouard Philippe, de l'anti-star à la star"

BILLET - Le Premier ministre devrait être l'invité vedette du congrès des "Marcheurs" macronistes à Lyon, samedi 18 novembre. Se pourrait-il donc qu'il ait fait son trou ?

On n'est pas forcément d'accord
Nicolas Domenach : "Édouard Philippe, de l'anti-star à la star"
Crédit Média : RTLnet Crédit Image : AFP / Ludovic Marin
Voir la suite

Édouard Philippe a fait son trou, qui n'est pas de fourmi ni de souris. L'anti-star est en train de devenir une star, au moins auprès des godillots - enfin des "Marcheurs" macronistes - qui lui font pleine confiance parce qu'il est au poil, c'est à dire sympathique (et même drôle), mais surtout barbu, ce qui signifie qu'il ne pense pas à la présidentielle en se rasant, puisqu'il ne se rase pas. Il a donné mille preuves d'une fidélité sans faille à Macron Ier, jusqu'à décourager ses proches qui voulaient constituer une garde de fer, afin de lui assurer un avenir autonome.

Dans ce monde déloyal, Édouard Philippe a convaincu de sa loyauté. Ce qui lui a valu une côte d'estime, sinon de popularité. Même si on sait - et Xavier Bertrand le premier - qu'il est difficile de se faire un nom avec deux prénoms. À moins de s'appeler Emile Louis, et d'être un tueur en série. Ce qui n'est pas notre "Doudou".

Mais Édouard Philippe a aussi gagné en notoriété. Aujourd'hui, 65% des Français (...) peuvent citer son patronyme spontanément. Ce qui est une performance, si l'on considère qu'il y a six mois encore il était surtout connu de sa femme, de ses enfants et de ses administrés de la ville du Havre. Cette ville normande serait désormais "The beach to be", selon le slogan choisi pour son cinq-centième anniversaire.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés