1 min de lecture Transports

NDDL : "Emmanuel Macron a capitulé en rase campagne", dit Bruno Retailleau sur RTL

INVITÉ RTL - Le président du groupe Les Républicains au Sénat fustige la décision du gouvernement d'abandonner le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) et y voit un "tournant dans le quinquennat".

Thomas Sotto L'Entretien du Jour Thomas Sotto iTunes RSS
>
NDDL : "Emmanuel Macron a capitulé en rase campagne", dit Bruno Retailleau sur RTL Crédit Image : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission

Le gouvernement a donc décidé d'abandonner le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes ce mercredi 17 janvier. Face aux critiques des pro-aéroport, l’exécutif demande d'attendre le réaménagement de celui de Nantes Atlantique pour voir les conséquences sur la région.

"On peut déjà le faire maintenant", a estimé Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat et ancien président du Conseil départemental de Loire-Atlantique.

"Une décision politique se jauge aux promesses, aux engagements", estime-t-il, rappelant que lors de la campagne présidentielle Emmanuel Macron avait pris deux engagementsl'évacuation de la ZAD et la construction de l'aéroport. "Il capitule en rase campagne", regrette Bruno Retailleau.

"On sait désormais que pour bloquer un projet, on peut recourir à la violence, on peut attaquer une gendarmerie, brûler une voiture de gendarmerie, molester des universitaires, des riverains et des journalistes. Et au bout du bout, on gagne", s'indigne-t-il. 

À lire aussi
transports
RATP : les syndicats appellent à la grève jeudi sur les RER A et B

Sur RTL, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a estimé que le gouvernement n'a pas cédé aux zadistes, mais qu'il a étudié toutes les options et a retenu celle qui était la plus pertinente. "C'est du flan total", lance Bruno Retailleau.

Ce dernier estime que Nantes Atlantique ne pourra pas absorber l'accroissement du trafic aérien. "La piste est dans l'alignement de Nantes. En 2004, on a frôlé le crash sur l'agglomération nantaise. Il y a quelques mois il y a eu un pépin avec un Airbus", rappelle Bruno Retailleau, partisan du projet à Notre-Dame-des-Lande.

Cette "capitulation" marque un "tournant dans le quinquennat", pour Bruno Retailleau qui estime que ce sont les zadistes qui l'ont emportés. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Transports Notre-Dame-des-Landes Gouvernement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants