1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Navigo unique : "300 millions d'euros" de hausse d'impôts selon Valérie Pécresse, vrai ou faux ?
2 min de lecture

Navigo unique : "300 millions d'euros" de hausse d'impôts selon Valérie Pécresse, vrai ou faux ?

FACT CHECKING - En soulevant la question du financement du pass Navigo unique, la candidate à la présidence de la région Île-de-France s’empare d’un sujet glissant.

Valérie Pécresse serait la favorite en Île-de-France au second tour des régionales.
Valérie Pécresse serait la favorite en Île-de-France au second tour des régionales.
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Camille Kaelblen
Camille Kaelblen

Pour Valérie Pécresse, le dézonage du pass Navigo, c'est un peu le cheval de bataille idéal. Le 1er octobre, invitée sur France Inter, la candidate Les Républicains à la présidence de la région Île-de-France prédit une “hausse d’impôts de 300 millions d'euros pour le tarif unique Navigo” si la gauche reste à la tête de la région.

Une prédiction choc mais toutefois exagérée. Dans son calcul, Valérie Pécresse prend en compte le coût des autres mesures de dézonage entrées en vigueur depuis deux ans (dézonage le weekend et les jours fériés). Or ces coûts, qui s'élèvent à 39 millions d'euros entre 2013 et 2014, ont déjà été réglés par la région Île-de-France. En réalité, la région devra dégager 61 millions d’euros cette année et 275 millions d’euros en 2016 pour équilibrer les comptes du Syndicat des transports d’île-de-France (STIF).

Un sujet évité par l'actuel président du conseil régional d'IDF

Si la candidate saisit de nouveau ce dossier, c’est que Jean-Paul Huchon, l'actuel président du conseil régional d’île-de-France, reste peu loquace sur la question du financement du Navigo à tarif unique. Selon une étude du STIF, les pertes de recettes occasionnées par la mise en place du tarif unique à partir de 2016 s'élèvent à un coût total 485 millions d'euros. 

Qui paiera cette lourde facture ? Une partie du manque à gagner est d'ores et déjà financée à hauteur de 210 millions d’euros par le relèvement du taux de versement transport, dont s’acquittent toutes les entreprises franciliennes de plus de 10 salariés. Restent cependant ces fameux 275 millions d’euros, qui doivent être financés par la région. Et sur ce point, Jean-Paul Huchon n’a pas expliqué où il comptait trouver cette somme considérable.

Un financement par l'augmentation du nombre de voyageurs ?

“L’augmentation du versement transport, effective à partir de juillet, suffira pour 2015, avec une mise en place du pass Navigo unique en septembre ou octobre. Pour les années suivantes, nous le financerons avec les ressources de la région. Il faudra opérer des arbitrages et certains redéploiements”, assurait-t-il au Parisien en novembre 2014. Depuis, le président n’a rien laissé filtrer sur de possibles augmentations d’impôts. Il espère cependant que la région bénéficiera de nouvelles ressources dans la loi de finances 2015, et compte sur l’augmentation du nombre de voyageurs pour engranger davantage de recettes.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/