2 min de lecture Les Républicains

Nathalie Kosciusko-Morizet prête à discuter avec Emmanuel Macron

LE GRAND JURY - La députée Les Républicains estime que le ministre "dit des choses intéressantes" mais lui reproche toutefois sa "loyauté" envers François Hollande.

Benjamin Sportouch - Le Grand Jury Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Nathalie Kosciusko-Morizet invitée du Grand Jury, dimanche 8 mai 2016 Crédit Image : Romain Boé / RTL / Sipa Press | Crédit Média : Elizabeth Martichoux | Durée : | Date : La page de l'émission
Julien Absalon
Julien Absalon
Journaliste RTL

Candidate à la primaire de la droite et du centre, Nathalie Kosciusko-Morizet se trouve sans doute à la gauche de la plupart de ses adversaires. Un positionnement qui semble se rapprocher de la couleur politique affichée par Emmanuel Macron, qui est probablement la personnalité politique la plus en vue du moment. Invitée à réagir sur cette comparaison, dans Le Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, la députée de l'Essonne reconnaît qu'elle trouve que le jeune ministre "dit des choses intéressantes", notamment "sur le statut de la fonction publique" - qui lui avait valu les foudres de la gauche - ou encore "sur le travail le dimanche".

Malgré une certaine bienveillance, l'ancienne ministre de l'Écologie voit un "problème" dans la "démarche de liberté" d'Emmanuel Macron. Elle regrette ainsi que ce dernier se soit replacé "très clairement dans le sillage de François Hollande et lui déclare sa loyauté totale". Elle en tient pour preuve la phrase lâchée par le locataire de Bercy lors de la commémoration du 8 mai 1945, assurant au micro de France 2 qu'il n'y a "jamais eu" de malaise avec François Hollande. Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, cette phrase symbolise "tout le problème" et "crée le malaise".

Si elle se dit prête à "discuter" avec Emmanuel Macron, à qui elle reproche tout de même de ne "pas beaucoup transformer l'essai en terme d'action", l'élue Les Républicains attend d'abord une mise au point. "Tant qu'il ne dira pas clairement les choses sur ce sujet, tant qu'on pourra se demander s'il n'est pas un rabatteur et si ce n'est pas une opération de manipulation politique au bénéfice de François Hollande, on ne pourra pas véritablement avoir de discussion intéressante".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Les Républicains Nathalie Kosciusko-Morizet
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants