2 min de lecture Éducation nationale

Najat Vallaud-Belkacem : pas "d'instrumentalisation insupportable de l'école"

La ministre a assuré les "polémiques inutiles" et les "débats stériles", dont la prétendue théorie du genre, n'avaient pas leur place dans l'Education nationale.

Najat Vallaud-Belkacem le 11 juillet 2014
Najat Vallaud-Belkacem le 11 juillet 2014
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Najat Vallaud-Belkacem, première femme ministre de l'Éducation nationale, a assuré mercredi 27 août que "les instrumentalisations insupportables de l'école", notamment sur la prétendue théorie du genre, "n'auront pas de place dans le ministère".

"La polémique inutile, les débats stériles, les instrumentalisations insupportables de l'école n'auront pas de place dans le ministère qui est le mien", a dit la nouvelle ministre sur France Info, dans une première déclaration publique peu de temps avant la passation de pouvoir avec Benoît Hamon. Les militants de "La Manif pour tous" opposés au mariage homosexuel et à la prétendue théorie du genre n'ont pas manqué de voir dans sa nomination une "provocation".

"L'une de nos responsabilités, c'est (...) que les parents aient confiance dans l'école", qu'ils sachent que leurs enfants apprendront "à lire, à écrire et à compter" et qu'ils apprendront aussi des "valeurs" dont celle de l'égalité des chances et de l'égalité entre les filles et les garçons, a-t-elle martelé. "Ce sont des principes auxquels je tiens plus que tout et je les défendrai", "c'est ce qui fait le fil rouge de tous mes ministères", a dit Vallaud-Belkacem.

Dans la continuité

Interrogée sur ses priorités, la ministre a répondu que "beaucoup de choses ont déjà été lancées" et qu'elle s'inscrit "dans la continuité" de l'action de Vincent Peillon et de Benoît Hamon "car on a besoin de stabilité". Elle a cité les "moyens" en matière de postes, la généralisation de la réforme des rythmes scolaires dans le primaire, le numérique à l'école.

À lire aussi
Grève du 5 décembre : comment ça se passe dans les écoles ? grève
Les infos de 7h30 - Grève : l'accueil dans les écoles toujours compliqué ce mardi

L'application de la réforme des nouveaux rythmes scolaires "est un exemple précis de ce sur quoi je veux sortir de la polémique: je ne crois pas qu'on puisse dire que la réforme des rythmes scolaires, ce soit la gauche contre la droite", a plaidé la ministre.

Cette réforme a été engagée "dans l'intérêt des seuls enfants", a-t-elle dit, se montrant quelque peu hésitante sur les chiffres, parlant de 12 millions d'élèves qui seraient concernés, avant de tenter de se rattraper et de dire qu'elle serait en place dans 36.000 communes. La nouvelle semaine scolaire va concerner environ 6 millions d'écoliers du secteur public, dans les 24.000 communes qui ont une école.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem Gouvernement Valls 2
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants