1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Nadine Morano est "victime d'une injustice", estime Nicolas Dupont-Aignan
2 min de lecture

Nadine Morano est "victime d'une injustice", estime Nicolas Dupont-Aignan

REPLAY - REPLAY / INVITÉ RTL - Le président de Debout la France assure que Nadine Morano est bienvenue dans son parti. "Ses propos ont été déformés", explique-t-il.

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, le 15 juin 2015
Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, le 15 juin 2015
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Nicolas Dupont-Aignan : "Nadine Morano est victime d'une injustice"
07:52
Nadine Morano est "victime d'une injustice", estime Nicolas Dupont-Aignan
08:14
Marie-Pierre Haddad

Nicolas Dupont-Aignan fait une proposition inattendue à Nadine Morano. L'ancienne proche de Nicolas Sarkozy est "bienvenue chez nous (Debout la France, ndlr) si elle le souhaite", assure-t-il à l'antenne de RTL. Selon le président de Debout la France, l'ancienne tête de liste en Meurthe-et-Moselle dans le cadre des élections régionales est "victime d'une injustice, d'un procès en inquisition, d'un lynchage médiatique. Ses propos ont été totalement déformés".

Selon lui, Nadine Morano "a cité une phrase du Général de Gaulle qui s'appliquait à un contexte particulier. Elle a simplement rappelé d'où nous venons, comme si un Africain dit que son pays était peuplé de noirs, comme si un Indien avait dit que son pays était peuplé d’Hindous". Nicolas Dupont-Aignan "refuse cette police de la pensée, ce procès d'inquisition qui vise à extraire une phrase à en tourner le sens et accabler les gens". Il ajoute : "Je suis gaulliste et pour moi la France est une idée, pas une race".

Il n'y a pas un pays au monde qui s'autodétruit comme la France

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France

En France, "on renie ce que nous sommes, ce que nous avons été. On est en train de détruire notre civilisation (...) Il n'y a pas un pays au monde qui s'autodétruit comme la France, il n'y a pas un pays au monde où il y a une dictature de la pensée, il n'y a pas un pays au monde qui est soumis, qui est en train de disparaître et de se suicider", ajoute le président de Debout la France. 

Le député de l'Essonne adresse une critique directe en direction du parti présidé par Nicolas Sarkozy : "Quand je vois Les Républicains qui obéissent à la gauche de salon, quand je vois ce pays qui prétend faire l'alternance, alors qu'il cède et qu'il lynche l'un des siens, c'est olà ù j'ai dit que Nadine Morano, avec qui j'ai eu des désaccords, peut venir chez nous". Il ajoute que "depuis quelques jours", son parti connaît "un flot d'adhésions de militants des Républicains".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/