1 min de lecture Barrage de Sivens

Mort au barrage de Sivens : Le Foll répond à Sarkozy et lui rappelle "l'affaire de Clichy"

Le porte-parole du gouvernement a rappelé à Nicolas Sarkozy le drame de Clichy-sous-Bois, où deux adolescents poursuivis par des policiers avaient trouvé la mort, alors qu'il était ministre de l'Intérieur.

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll le 10 septembre 2014 à l'Élysée . (archives)
Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll le 10 septembre 2014 à l'Élysée . (archives) Crédit : AFP / PATRICK KOVARIK
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Stéphane Le Foll a répliqué à Nicolas Sarkozy sur la mort d'un manifestant près du site du barrage de Sivens (Tarn). "Je vous rappelle simplement ce qui s'est passé à Clichy", a déclaré le porte-parole du gouvernement. Il a évoqué la mort de deux jeunes poursuivis par la police à Clichy-sous-Bois le 27 octobre 2005, alors que Nicolas Sarkozy était ministre de l'Intérieur. Ils s'étaient réfugiés dans un transformateur électrique.

"Dire qu'il n'y a jamais eu de problème" quand Nicolas Sarkozy était ministre de l'Intérieur ou président de la République "chacun est juge", a-t-il poursuivi

Sarkozy s'était félicité de ses années au pouvoir "sans violence"

Lors d'une réunion publique mardi 28 octobre à Marseille, Nicolas Sarkozy a évoqué l'"événement dramatique" de Sivens et a assuré que ses années passées comme ministre de l'Intérieur puis président de la République s'étaient déroulées "sans violence, sans drame". "J'ai été quatre ans ministre de l'Intérieur, cinq ans président de la République, tous les matins je me disais la France est un pays éruptif, attention, soyons républicains", s'est-il félicité.

"Les émeutes en France de 2005, j'étais au ministère de l'Intérieur, je veux rendre hommage une nouvelle fois au comportement républicain et remarquable des forces de l'ordre qui à l'époque ont contenu l'ordre républicain, sans drame", a également déclaré Nicolas Sarkozy.

À lire aussi
justice
Mort de Rémi Fraisse : non-lieu en faveur du gendarme

Concernant la mort du jeune Rémi Fraisse lors des manifestations contre le barrage de Sivens, Stéphane Le Foll a reconnu que "ce qui s'est passé est grave". "Il faut dire la vérité sur ce qui s'est passé" mais "en même temps on doit rappeler que dans notre démocratie il y a un Etat de droit qui ne peut pas laisser la place à la violence pour exprimer une revendication", a-t-il souligné. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Barrage de Sivens Stéphane Le Foll Nicolas Sarkozy
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants