2 min de lecture Présidentielle 2017

"Mon ennemi, c'est le chômage" : quand Alain Juppé tacle "monsieur Hollande"

Invité d'Olivier Mazerolle, le maire de Bordeaux, candidat de la primaire à droite, n'a pas manqué de revenir avec dérision sur le temps écoulé du quinquennat Hollande.

Alain Juppé, invité de RTL jeudi 12 mai 2016
Alain Juppé, invité de RTL jeudi 12 mai 2016 Crédit : R. Boé - Sipa press - RTL
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
Journaliste

Alain Juppé affirme qu'il ne sait "pas être sympathique, pas sur commande", dans le livre qui lui est consacré Lapins et Merveilles, publié en avril. Ce jeudi 12 mai, le maire de Bordeaux, candidat à la primaire de la droite pour la présidentielle de 2017, l'a prouvé : il sait toutefois être caustique sur commande.

Et les piques qu'il a multipliées dans son intervention au micro de RTL ce 12 mai n'ont pas épargné le président de la République François Hollande, qui quittera peut-être son poste dans une année et dont les adversaires commencent à s'autoriser de faire le bilan.

"Ça ne va pas mieux"

"La France n’est pas au plein emploi. Ça ne va pas mieux". Dès sa première prise de parole, l'ex-premier ministre pose les bases de son assaut dirigé vers François Hollande. "Ça va mieux", affirmait pourtant  le Président, quelques semaines plus tôt, dans une allocution spéciale à la télévision. La petite phrase, dans un contexte de tensions sociales palpables, a nécessairement été relevée sur les réseaux sociaux et reprise par ses adversaires politiques. Alain Juppé ne déroge pas à la règle. Interrogé sur la question du plein emploi, le candidat de la droite, favori de nombreux sondages, s'agace. "Les prévisions de la Commission européenne disent que l'on va passer de 10,2 à 10,1% (de chômeurs, ndlr) et ça permet à monsieur Hollande de dire que ça va mieux", ironise-t-il.

À chacun son combat

Alain Juppé n'a pas manqué de faire allusion à une petite phrase du candidat Hollande prononcée en janvier 2012 au Bourget. Celui-ci avait alors affirmé que son principal ennemi était le "monde de la finance". "François Hollande avait dit 'sus à la finance', moi je dis plutôt que mon ennemi, c'est le chômage", reprend Alain Juppé, qui adapte la petite phrase à l'une des principales problématiques actuelles en France, dans le contexte tendu du passage de la loi Travail.

Alain Juppé ne sera pas magicien

À lire aussi
François Hollande à Blois, le 14 novembre 2018 présidentielle 2017
Présidentielle 2017 : François Hollande regrette de ne pas s'être présenté

Sans détour, Alain Juppé annonce dans son dernier livre-programme publié mercredi 11 mai, Cinq ans pour l'emploi, des perspectives "peu rock'n'roll". "Je n’ai pas dit que par un coup de baguette magique, dans les cent jours après mon élection, tout allait changer", prévient le candidat. François Hollande avait promis qu'il allait, en cent jours après son arrivée à l'Élysée, mettre de l'ordre dans les nombreuses problématiques du moment. Les 100 jours de François Hollande, quatre ans plus tard, permettent à Alain Juppé de redoubler de dérision.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Alain Juppé François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants