3 min de lecture Immigration

Migrants : Manuel Valls passe aux travaux pratiques à Calais

Dimanche 30 août, en clôture de l'université d'été du PS, Manuel Valls avait insisté sur le besoin d'"humanité" et de "responsabilité" à l'égard des migrants.

Manuel Valls le 19 août 2015.
Manuel Valls le 19 août 2015. Crédit : MIGUEL MEDINA / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Les migrants qui "fuient la guerre, les persécutions, la torture, les dictatures, doivent être accueillis (...) traités dignement, abrités, soignés", a déclaré Manuel Valls dimanche 30 août lors de son discours de clôture à l'université d'été du PS à la Rochelle. Au lendemain de ce discours plutôt généreux, le Premier ministre se rend ce lundi 31 août à Calais, lieu emblématique de la crise des migrants, pour montrer que la France n'est pas passive.

Accompagné de son ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, et de deux commissaires européens - le vice-président Frans Timmermans et le commissaire chargé des questions migratoires, Dimitris Avramopoulos -, le chef du gouvernement visitera notamment dans la matinée le centre d'accueil Jules Ferry, qui jouxte "la jungle" où vivent des milliers d'hommes et de femmes tentant de rejoindre l'Angleterre.

Une réunion européenne le 14 septembre

À l'appel de Berlin, Londres et Paris, les ministres de l'Intérieur de l'Union européenne se réuniront le 14 septembre "pour avancer concrètement" face à la crise migratoire, alors que l'Europe peine à trouver des solutions à l'afflux de réfugiés, syriens notamment. L'Italie, qui figure avec la Grèce et la Hongrie parmi les pays les plus exposés à l'entrée de migrants, a annoncé son intention de faire de la création d'un droit d'asile européen "la bataille des prochains mois".

Pour Manuel Valls, il s'agit, "en pleine crise des migrants", de montrer "que le gouvernement est mobilisé et que la France est à l'initiative avec l'Allemagne", a souligné auprès de l'AFP son entourage.  Le Premier ministre avait salué dimanche les prises de position et les "bonnes décisions" de la chancelière Angela Merkel en faveur des réfugiés, alors que l'Allemagne est le principal donneur d'asile dans l'Union européenne. Berlin, qui attend 800.000 migrants en 2015, un véritable record, a en outre renoncé à renvoyer les réfugiés syriens dans leur pays d'entrée dans l'UE, comme le permettent pourtant les règles européennes des accords dits de Dublin.

La coopération franco-britannique

À lire aussi
La députée a annoncé son départ du parti LREM jeudi 28 novembre. assemblée nationale
La députée de Haute-Savoie Marion Lenne quitte LaREM

Manuel Valls s'emploiera à montrer que la France n'est pas passive, même si les 60.000 demandeurs d'asile prévus cette année dans l'Hexagone sont bien loin de la prévision allemande. Il devrait toutefois afficher sa "fermeté" vis à vis de l'immigration économique irrégulière. "Face à cela, il faut des règles strictes, la plus grande intransigeance pour lutter – et je pense à Calais, et la coopération franco-britannique – contre les passeurs, les trafiquants d’espoir qui se repaissent de la misère humaine", a-t-il dit à La Rochelle.

En fin de matinée, le Premier ministre doit visiter le site d'Eurotunnel à Coquelles (Pas-de-Calais), où de nouvelles barrières visant à bloquer les migrants tentant de pénétrer dans le tunnel sous la Manche ont été installées début août, aux frais des Britanniques. Des renforts policiers et sécuritaires ont également été annoncés dans le cadre de l'accord franco-britannique signé le 20 août par Bernard Cazeneuve et son homologue Theresa May. Manuel Valls rendra d'ailleurs visite aux forces de l'ordre dans l'après-midi, à la fin de sa visite.

Manuel Valls tiendra également une conférence de presse commune avec Frans Timmermans à la sous-préfecture de Calais à la mi-journée, avant une rencontre avec des associations d'aide aux migrants. L'une d'entre elles, Passeurs d'hospitalité, a d'ores et déjà dénoncé dans un communiqué un "exercice de communication", visant à "montrer qu'on fait quelque chose alors qu'on ne répète que les mêmes recettes". Le Premier ministre se rendra aussi dans l'après-midi en visite à l'hôpital de Calais, qui doit gérer l'accueil de nombreux migrants.

La France doit-elle accueillir les migrants des pays en guerre ?
Nombre de votes : 10128 *Sondage à valeur non scientifique
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Immigration Manuel Valls Calais
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants