3 min de lecture Manuel Valls

Migrants : "Manuel Valls met les points sur les i", dit Alba Ventura

REPLAY / ÉDITO - Le Premier ministre affiche sa fermeté sur le dossier des migrants, pour ne pas se laisser distancer par Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen et montrer que la gauche n'est pas laxiste en la matière.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura iTunes RSS
>
Migrants : "Manuel Valls met les points sur les i", dit Alba Ventura Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Alba Ventura
Alba Ventura Journaliste RTL

Samedi 16 mai à Menton, Manuel Valls est venu dire "non" aux quotas de migrants proposés par le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. On avait cru comprendre que son ministre de l'Intérieur était, lui, favorable aux propositions de l'Europe. On aurait pu croire à un couac entre les deux hommes.

En fait, il faut débriefer un peu. Disons que l'on a manqué de sous-titres dans cette affaire. Interrogé en début de semaine dernière sur RTLBernard Cazeneuve disait : "C'est une proposition de la France à l'origine". Cinq jours plus tard, Manuel Valls répond : "Je suis contre l'instauration de quotas de migrants. Ceci n'a jamais correspondu aux propositions françaises".

Un sujet toujours brûlant

Proposition de la France ou pas proposition de la France ? Bernard Cazeneuve a l'air de dire qu'il est "normal" qu'il y ait une répartition des migrants entre les pays de l'Union européenne. Ses propos peuvent laisser penser que la France est prête à accueillir plus de migrants. Migrants, réfugiés, demandeurs d'asile... Tout ça peut prêter à confusion.

À lire aussi
Manuel Valls chahuté à Barcelone élections municipales
VIDÉO - Manuel Valls entre en campagne à Barcelone, et croit à une "remontada"


C'est un sujet toujours brûlant. Une fois encore, il faut éviter que ce soit trop flou. Le sujet s'est politisé en quelques jours. Nicolas Sarkozy s'est immédiatement emparé de cette question. "La question migratoire est posée", a dit l'ancien président, pour qui la proposition européenne est "une folie".

Le président de l'UMP sait bien qu'il fait mouche lorsqu'il déclare : "On va donc faire des quotas pour se répartir un peu plus des gens pour lesquels nous n'avons pas d'argent, pas de travail, pas d'emploi".

Pour Manuel Valls, il n'est pas question de laisser le champ libre à Nicolas Sarkozy

Alba Ventura
Partager la citation

Pour Manuel Valls, il n'était donc pas question de laisser le champ libre à Nicolas Sarkozy. Sans compter que sur les questions d'immigration, c'est le plus souvent Marine le Pen qui remporte la mise. Le Premier ministre ne veut absolument pas laisser traîner l'idée selon laquelle la gauche serait  angélique ou laxiste en la matière.

Ce qu'est venu rappeler Manuel Valls à Menton, c'est que la France est pour une meilleure répartition des demandeurs d'asile, parce que l'on fait partie des pays qui reçoivent le plus de demandeurs. Mais il ne s'agit pas d'accueillir plus d'immigrés en France. Il est venu aussi mettre les points sur les "i" et dire que ce n'est pas l'Europe qui va nous fixer des quotas des personnes que l'on doit accueillir.

Gauche et droite se ressemblent

Sur les chiffres, qui fait le mieux ? Si l'on s'en tient aux reconduites à la frontière, c'est-à-dire aux expulsions,  la gauche fait à peu près jeu égal avec la droite. Cela peut surprendre d'ailleurs lorsque l'on entend Bernard Cazeneuve dire que la gauche mène "une politique plus humaine" dans ce domaine.

Si l'on regarde dans le détail les éloignements forcés - les expulsions "policières" - sur la période 2012-2014, on est sensiblement comme dans les années Sarkozy (2009-2011), avec même un peu plus de reconduites à la frontière pour la gauche. Certains disent que ce n'est pas assez.

Si l'on s'en tient aux chiffres de l'époque Sarkozy, la droite aura du mal à dire que la gauche est laxiste. Quant à la gauche, elle aura du mal à plaider qu'elle est plus sensible au sort des migrants ce que d'ailleurs lui reproche une partie de son camp.

La réalité des chiffres, c'est qu'aujourd'hui, entre la droite et la gauche les deux politiques se ressemblent beaucoup.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manuel Valls Nicolas Sarkozy Immigration
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7778397538
Migrants : "Manuel Valls met les points sur les i", dit Alba Ventura
Migrants : "Manuel Valls met les points sur les i", dit Alba Ventura
REPLAY / ÉDITO - Le Premier ministre affiche sa fermeté sur le dossier des migrants, pour ne pas se laisser distancer par Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen et montrer que la gauche n'est pas laxiste en la matière.
https://www.rtl.fr/actu/politique/migrants-manuel-valls-met-les-points-sur-les-i-dit-alba-ventura-7778397538
2015-05-18 09:04:55