2 min de lecture Europe

Migrants : "Il y a encore un travail fou à faire", dit Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne

REPLAY / INVITÉ RTL - Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne chargé des réfugiés et du terrorisme, juge "inacceptable" la non-coopération entre les états membres sur ces dossiers.

L'invite´ de RTL - Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Migrants : "Il y a encore un travail fou à faire", dit Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne Crédit Image : JOHN THYS / AFP | Crédit Média : Olivier Mazerolle | Durée : | Date : La page de l'émission
Mazerolle-795x530
Olivier Mazerolle et James Abbott

Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne, chargé des réfugiés et du terrorisme, s'est montré serein quant à la gestion de ces dossiers, mais a noté plusieurs points à améliorer vendredi 15 janvier sur RTL. Il souhaite dans un premier temps gérer ces dossiers en restant fidèle aux valeurs de l'UE et croit encore en l'espace Schengen. "On doit faire attention à ne pas détruire un système qui a marché depuis des décennies", estime-t-il avant de réclamer une augmentation de la "qualité de la protection de nos frontières extérieurs".

"On a augmenté nos effectifs et on a essayé de convaincre les états membres de créer un service européen de contrôle des frontières, poursuit-il. C'est un grand défi. Mais il y a un manque de confiance entre les états membres. Les uns ont peur que les autres ne fassent ce qu'ils doivent faire. Certains accueillent beaucoup de réfugiés, d'autres ont peur d'être le pays d'accueil de trop de gens. C'est pour ça que l'on n'est pas en mesure de dire que, par exemple en Grèce, le contrôle est adéquat. Donc il y a un travail fou à faire."

Les services de sécurité ne partagent pas toujours leurs informations et c’est inacceptable

Frans Timmermans
Partager la citation

Frans Timmermans n'élude pas la question des terroristes qui seraient passés en Europe via ces frontières où des milliers de migrants sont passés ces derniers mois. "L'État islamique a été en mesure de voler de vrais passeports, confirme-t-il. Il est impossible d’identifier ces passeports comme des faux passeports". Seule solution, introduire plus de machines qui prennent en compte la base de données "Eurodac", un système qui devrait être en place "d'ici quelques semaines, selon lui. "On a besoin de coopération plus intensive entre les services de sécurité, avance-t-il. Les pays ne partagent pas toujours leurs informations et c’est inacceptable."

"Je nie pas que (la crise des migrants) est un défi quasi existentiel pour la coopération européenne, on pourrait perdre ce défi, explique-t-il. Mais la réponse doit est une réponse collective européenne, les États membres ne peuvent pas faire face individuellement."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Europe Commission européenne Migrants
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants