1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Michel Mercier se défend sur RTL sur l'emploi de l'une de ses filles au Sénat
1 min de lecture

Michel Mercier se défend sur RTL sur l'emploi de l'une de ses filles au Sénat

INVITÉ RTL - Tout juste nommé au Conseil Constitutionnel, Michel Mercier s'est défendu mercredi 2 août, alors qu'il est accusé par le "Canard Enchaîné" d'avoir employé sa fille au Sénat dans des conditions étranges.

Le sénateur Michel Mercier, le 16 mars 2016 à Paris
Le sénateur Michel Mercier, le 16 mars 2016 à Paris
Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
Emploi de sa fille au Sénat : Michel Mercier se défend
01:28
Vincent Derosier & Océane Blanchard

Selon les révélations du Canard Enchaîné, le sénateur Michel Mercier aurait employé sa fille Delphine comme assistante parlementaire alors qu'elle habitait à Londres. Il s'est exprimé mercredi 2 août sur ce sujet, auditionné au Sénat pour sa nomination au Conseil constitutionnel.

Michel Mercier a reconnu avoir employé sa fille comme assistante parlementaire entre 2012 et 2014, rappelant que cette pratique n'est "pas interdite", puisque la loi de confiance en la vie publique "n'est pas encore votée". Son autre fille, Véronique, a aussi été employée à ce poste entre 2003 et 2012. 

"À l’époque, je menais des dossiers d’ordre culturel très difficile et elle avait toutes les compétences. Elle était domiciliée à l’époque en France", a-t-il déclaré en présentant sa candidature. Il a précisé que sa fille avait été embauchée à temps partiel, avant de conclure : "Je tiens à la disposition du Sénat les travaux qu'elle a faits". 

Delphine Mercier n'aurait été à Londres que "partiellement"

Le CV en ligne de la fille du sénateur atteste qu'elle était à ce moment là "responsable des collections d'ethnographies à l'University College London". Pourtant, Delphine Mercier affirme avoir travaillé à temps partiel à Londres, où elle n’était que de manière "épisodique"

À lire aussi

Elle affirme également avoir effectué une veille sur la culture, le patrimoine ou bien encore la coopération pour « développer le contenu » des fiches de son père.

L'accusation n'a cependant pas semblé mettre en danger la nomination de Michel Mercier au Conseil Constitutionnel, puisqu'il a recueilli 22 voix pour et 7 contre, et prend donc la place de Nicole Belloubet, l'actuelle ministre de la Justice.

La rédaction vous recommande

  

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/