2 min de lecture Invité du jour

Affaire Mercier : Édouard Philippe refuse de "formuler un quelconque avis"

INVITÉ RTL - Le Premier ministre est revenu sur les soupçons d'emplois familiaux qui visent le sénateur UDI du Rhône Michel Mercier.

Édouard Philippe, invité de RTL, mercredi 9 août
Édouard Philippe, invité de RTL, mercredi 9 août Crédit : Essia Lakhoua / RTLnet
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

"Je n’ai pas d’avis à formuler sur ce sujet". Interrogé sur RTL à propos des soupçons d'emplois familiaux qui pèsent sur le sénateur Michel Mercier, le Premier ministre Édouard Philippe a refusé de se prononcer sur le sujet estimant qu'en tant que chef du gouvernement il ne lui appartenait "certainement pas de formuler une quelconque position dans cette affaire". Il a également assuré ne pas être intervenu dans la décision du sénateur de ne pas intégrer le Conseil Constitutionnel.

Nommé par le Président du Sénat Gérard Larcher au Conseil Constitutionnel, Michel Mercier a renoncé mardi 8 août à devenir un membre de la juridiction. En cause : une enquête ouverte par le parquet financier à son encontre,il aurait employé ses filles comme assistantes parlementaires entre 2003 et 2014.

"Il se trouve que le président du Sénat a fait un choix, c’est un choix formulé par le président d’une des assemblées dans le cadre de ses prérogatives constitutionnelles", rappelle simplement Édouard Philippe. Quant à la décision du parquet financier, "c’est la justice qui s’exprime, estime le Premier ministre, et pour les mêmes raisons de respect strict de la Constitution et de la séparation des pouvoirs je n’ai pas d’avis à formuler sur ce sujet".

Des pratiques "acceptées pendant un temps" qui "ne le sont plus aujourd'hui"

Le chef de gouvernement tient cependant à saluer l'évolution des usages dans la sphère politique. "Une fois de plus on voit combien des pratiques, dont je ne me prononce pas sur la légalité, qui étaient probablement tolérées, peut-être acceptées, pendant un temps ne le sont plus aujourd'hui".

À lire aussi
Luc Frémiot, spécialisé dans les violences conjugales Violences conjugales
Grenelle des violences conjugales : "C'est de la com', de l'agitation", dit Luc Frémiot sur RTL

L'interdiction des emplois familiaux a été définitivement votée par les Parlementaires le 27 juillet dernier dans le cadre de la loi de confiance dans la vie publique. "Je me réjouis que la majorité se soit inscrite résolument dans cette direction et ait tenu un engagement pris pendant la campagne, c’est avec ce genre de décision et de vote qu’on pourra continuer à avancer", conclut Édouard Philippe.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Invité du jour Gouvernement Premier ministre
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants