1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Mélenchon se pose en défenseur des "premiers de corvée" face à la "morgue" de Macron
1 min de lecture

Mélenchon se pose en défenseur des "premiers de corvée" face à la "morgue" de Macron

Invité du "20 Heures" de TF1, le leader de la France Insoumise a ironisé sur la formule utilisée par le président "premier de cordée" pour désigner ceux qui réussissent.

Jean-Luc Mélenchon sur le plateau du "20 Heures" de TF1, lundi 16 octobre 2017.
Jean-Luc Mélenchon sur le plateau du "20 Heures" de TF1, lundi 16 octobre 2017.
Crédit : Capture d'écran / TF1
Félix Roudaut
Félix Roudaut

Comme prévu, Jean-Luc Mélenchon n'a rien raté de la première interview télévisée du chef de l'État, dimanche 15 octobre sur TF1 et LCI. Et à l'instar de 61% des Français, la prestation d'Emmanuel Macron n'a pas convaincu le leader de La France Insoumise (LFI). Invité sur le plateau du 20 Heures de TF1, lundi 16 octobre, le député s'est montré particulièrement virulent face à "la vision de caste" défendue par le président de la République.

Une formule employée par Emmanuel Macron lui est particulièrement restée en travers de la gorge : celle des "premiers de cordée", utilisée par l'hôte de l'Élysée pour qualifier "les hommes et les femmes qui réussissent". À écouter le chef de l'État, "il ne faudrait pas leur jeter des pierres parce que sinon on est jaloux", vitupère le candidat malheureux à la présidentielle.

Attends bonhomme, c'est pas réglé

Jean-Luc Mélenchon sur TF1

Jean-Luc Mélenchon oppose aussitôt ces "gens qui ont des sous" aux "premiers de corvée", à savoir "tous les autres". "Ils sont au chômage, il faut vérifier qu'ils ne sont pas des multirécidivistes du refus (...) et même quand il y a le harcèlement, c'est dans les quartiers", s'indigne-t-il devant Gilles Bouleau. Et de poursuivre : Emmanuel Macron a "manifesté une espèce de morgue que je juge insupportable".

Face à cette "morgue", l'ancien ministre délégué à l'Enseignement professionnel appelle le mouvement social à "se ressaisir" et à se lancer dans la bataille contre la réforme par ordonnances du droit du travail. Et de mettre en garde Emmanuel Macron : "Attends bonhomme, c'est pas réglé".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/