1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Martine Aubry a choisi de ne plus mener les combats", selon Alba Ventura
2 min de lecture

"Martine Aubry a choisi de ne plus mener les combats", selon Alba Ventura

REPLAY - ÉDITO - La journaliste nous explique les vraies raisons de la colère de la maire de Lille, qui en remet une couche contre le ministre de l'Économie.

Alba Ventura
Alba Ventura
Crédit : RTL
"Martine Aubry a choisi de ne plus mener les combats", selon Alba Ventura
02:44
"Martine Aubry a choisi de ne plus mener les combats", selon Alba Ventura
02:42
Alba Ventura & Loïc Farge

Martine Aubry faisait sa rentrée mercredi 23 septembre. Elle s'en est pris vertement à Emmanuel Macron, qu'elle juge "arrogant et ignorant". La maire de Lille en a ras-le-bol, et de tout. D'abord, elle en a ras- le-bol des provocations du jeune ministre de l'Économie, que ce soit sur les 35 heures ou les fonctionnaires. D'une certaine manière, elle défend son bilan.

Elle en a ras-le-bol aussi de voir que le gouvernement se fiche bien pas mal de ses appels à réorienter la politique économique. Et puis elle en a ras-le-bol de ces ministres et de ces élus socialistes qui disent dans les dîners en ville qu'elle s'est débiner - sur l'air de "Aubry, tous au abris" - et qu'elle aurait dû être candidate aux régionales en Nord -Pas de Calais - Picardie. Voilà pourquoi elle pique une crise.

En réalité, c'est à François Hollande qu'elle s'adresse en premier lieu. Le président de la République est d'ailleurs le seul à bénéficier de ses gentillesses. "Je veux qu'il réussisse", dit-elle. C'est aimable. Mais en même temps, elle veut lui mettre la pression. Si elle fait cette sortie cavalière, c'est parce qu'on est à quelques jours de l'examen du Budget, et qu'elle veut peser.

Le deuxième message qu'elle adresse, c'est aux électeurs du Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Si elle tance Emmanuel Macron, c'est une façon de "marquer à gauche", alors que le PS est en perdition dans cette région. Dans tous les sondages, il est donné troisième derrière Marine Le Pen et Xavier Bertrand.

Martine Aubry a peur de porter le chapeau de la défaite aux régionales

Alba Ventura
À lire aussi

Martine Aubry est très démunie. Elle a perdu le Nord : le PS a été battu dans son département aux départementales de mars dernier. Elle a choisi de se ranger au dernier congrès socialiste derrière le gouvernement. Elle a aussi perdu la fédération PS du Nord. Il n'y a plus un seul "aubryiste" dans l'équipe de Manuel Valls.
Martine Aubry a choisi de ne plus mener les combats. Pour les régionales, qui vont être un scrutin défouloir, elle a peur de porter le chapeau de la défaite. Avant que ses amis du PS lui disent que c'est de sa faute, elle dit que c'est la faute des autres. C'est pour cela qu'elle s'en prend à Emmanuel Macron. Aujourd'hui, celle qui se bat contre Emmanuel Macron, c'est Anne Hidalgo, pas Martine Aubry. C'est bien joli de sortir du bois tous les deux mois et de crier au loup, mais les idées et les postures ça ne suffit pas.

Le carnet du jour

Même pas peur des "frondeurs". Personne au PS ne croit à leur menace de voter contre le Budget - ce qui serait la ligne rouge. "Même pas cap !, dit un ténor socialiste. À la minute où ils votent contre, ils sont exclus du groupe socialiste". Pour lui, "ils n'ont ni le courage ni l'instinct suicidaire de Varoufakis". Ils ont d'ailleurs été rebaptisé en "râleurs".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/