2 min de lecture Marion Maréchal

Marion Maréchal-Le Pen : "Ce soutien à Théo est un prétexte à aller casser du flic"

LE GRAND JURY - Pour la députée du Vaucluse, ces manifestations sont "un prétexte à jeter l'opprobre sur toute une profession".

Benjamin Sportouch - Le Grand Jury Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Marion Maréchal-Le Pen : "Ce soutien à Théo est un prétexte à aller casser du flic" Crédit Image : RTL / Romain Boé / SIPA PRESS | Crédit Média : Olivier Mazerolle | Date :
La page de l'émission
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Une manifestation de soutien à Théo, ce jeune homme de 22 ans arrêté dans des conditions encore inexpliquées le 2 février à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), a tourné à l'affrontement entre policiers et casseurs le 11 février à Bobigny. Plusieurs voitures ont été incendiées et du matériel public a été brisé.

Invitée du Grand Jury RTL - Le Figaro - LCI dimanche 12 février, Marion Maréchal-Le Pen, qui salue l'attitude de Théo et sa famille, a vu dans ces manifestations "un prétexte à jeter l'opprobre sur toute une profession, qui est celle des policiers et des gendarmes. Je constate aujourd'hui que ces racailles, ces voyous, ces délinquants utilisent ce qui semble aller vers un accident pour casser (...) Ce soutien à Théo est un prétexte à aller casser du flic." Rappelons que la justice ne s'est pas encore prononcée sur le fond de l'affaire. Pour l'heure, un policier a été mis en examen pour viol.

Dans la confrontation entre les policiers et les jeunes de banlieue, Marion Maréchal-Le Pen assume sa prise de position envers les policiers. La députée du Vaucluse a souligné leur "attitude exemplaire" dans ces quartiers, "au regard de ce qu'ils vivent au quotidien". "La violence verbale et physique à laquelle ils sont confrontés est absolument insupportable. Je suis un peu las d'entendre les mêmes jeunes, qui vont au premier prétexte aller casser, brûler des voitures, (...) et être les premiers le lendemain devant les caméras de télévision à chouiner parce qu'ils sont victimes de stigmatisation et d'amalgame."

Maréchal-Le Pen s'oppose à "la politique de l'excuse"

En ce sens, Marion Maréchal-Le Pen s'oppose à "la politique de l'excuse". Pour elle, rien ne justifie la violence des habitants de ces quartiers, quelque soient leurs conditions de vie. "C'est la pauvreté, c'est le chômage, donc finalement c'est la faute de la société, la faute de la France", dit-elle sur un ton ironique.

À lire aussi
Marion Maréchal Le Pen et Marine Le Pen en octobre 2016. politique
Marine Le Pen déclare ne pas avoir de "jalousie" vis-à-vis de Marion Maréchal

"Le véritable souci, c'est un problème de réponse pénale. Il y a un sentiment d'impunité générale de la part de ces jeunes." Dans son idéal, la frontiste plaide pour "priver d'aides sociales les personnes qui ont des dettes à rembourser parce qu'ils ont brisé du matériel public ou les parents, dont on constate qu'il y a eu une véritable carence éducative à l'égard de ces délinquants."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Marion Maréchal Le grand Jury
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants