2 min de lecture Front national

Marine Le Pen repart en guerre contre les Roms

Devant un camp de Roms, la présidente du Front national a prôné jeudi un démantèlement massif des baraquements et un renvoi de tous les clandestins, "sans exception".

Marine Le Pen veut un démentèlement de tous les camps de Roms en France
Marine Le Pen veut un démentèlement de tous les camps de Roms en France Crédit : AFP / Archives, Denis Charlet
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Il y a d'abord l'image, celle de Marine Le Pen tenant jeudi une conférence de presse à 200 mètres seulement d'un camp de Roms, à Wissous (Essonne). Il y a ensuite les mots prononcés devant les baraquements de fortune et les caravanes regroupées. Des mots fermes par lesquels l'ancienne candidate à l'élection présidentielle accuse les Roms de nombreux maux : "cambriolages", "vols à l'arraché", "dégradation de biens publics et de services publics, notamment ferroviaires, violences et parfois crimes", a-t-elle énuméré.

Nous devons avoir pour objectif zéro campement de Roms en France

Marine Le Pen
Partager la citation

Marine Le Pen a ainsi tout fait pour relancer le débat sur les Rom. "L'UMP et le PS ont laissé se développer une délinquance et une criminalité insupportable, liée à des réseaux nomades étrangers", a-t-elle affirmé, accusant les deux partis politiques d'avoir laissé l'Europe "s'élargir sans cesse à de nouveaux pays" et d'organiser "l'ouverture totale de nos frontières".
Dans l'esprit de la dirigeante frontiste, les solutions doivent donc être radicales. Marine Le Pen prône ainsi un démantèlement massif des 400 camps de Roms implantés en France d'ici trois mois, un "délai indépassable" selon elle.

Elle est partie bien vite dans sa belle voiture noire

Le père Frédéric Gatineau
Partager la citation

La présidente du FN milite aussi pour le renvoi "de tous les clandestins sans aucune exception". Ces mesures supposent de "remettre en place des frontières et des contrôles douaniers", de supprimer le traité de Schengen et d'organiser un référendum sur la fin de l'Union européenne, a-t-elle ajouté.
La conférence de presse terminée, Marine Le Pen a rapidement quitté les lieux, sans pénétrer dans le camp ni parler avec ses habitants. "Cela aurait été bien" qu'elle se rende dans le campement, a commenté sur place le père Frédéric Gatineau. "Je pense qu'elle aurait été bien reçue. Ils ne la connaissent pas spécialement, ils n'ont pas d'à priori... J'étais prêt à l'accompagner mais elle est partie bien vite dans sa belle voiture noire", a-t-il conclu avec ironie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Front national Marine Le Pen Roms
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants