1 min de lecture Politique

Marine Le Pen : "On peut repousser humainement des bateaux dans les eaux internationales"

La présidente du Front National répondait mardi matin aux questions de Jean-Michel Aphatie.

La présidente du Front National, Marine Le pen, sur RTL le 1er mars 2011
La présidente du Front National, Marine Le pen, sur RTL le 1er mars 2011 Crédit : RTL
Micro RTL
La rédaction de RTL et Jean-Michel Aphatie

Jean-Michel Aphatie : Bonjour, Marine Le Pen.

Marine Le Pen : Bonjour.

La démission forcée de Michèle Alliot-Marie vous a-t-elle paru juste ou injuste ?

Elle m'a paru juste même si... Je considère que c'est Nicolas Sarkozy qui est responsable de la diplomatie en France.

... Pas des vacances tunisiennes de Michèle Alliot-Marie ?

Non d'accord. Mais enfin, c'est lui qui est à l'origine, qui a donné son empreinte à l'ensemble de ces mélanges de genres, que tout de même il a été le premier, d'ailleurs, à passer des vacances chez des privés, tous frais payés. A l'époque, ça avait fait d'ailleurs débat, également. Donc, il est très sévère en l'occurrence avec ses ministres, parce qu'il sent que c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase ; il l'est moins avec lui-même.

Avec ses vacances, Michèle Alliot-Marie a commis une faute d'après vous ?

Oui, je crois qu'elle a commis une faute parce que c'est un problème d'allégeance. On a le sentiment que les ministres peuvent avoir d'autres allégeances que la France et défendre peut-être d'autres intérêts que les intérêts de la France et des Français, et notamment des intérêts personnels. C'est effectivement extrêmement gênant.

Les sondages vous promettent, Marine Le Pen, des scores faramineux lors de la prochaine élection présidentielle : 20%, alors que nous sommes à un an du scrutin. Vous y croyez aux sondages, Marine Le Pen ?

Je crois aux dynamiques qui se dégagent des sondages, à la baisse ou à la hausse d'ailleurs. Je pense qu'effectivement, ces sondages démontrent qu'il existe incontestablement une vague - une vague bleue-marine - peut-être pour le Front National. C'est vrai que nous avons augmenté quasiment doublé dans ces sondages en l'espace de quelques mois. Espérons que cette dynamique reste à la hausse d'ici 2012 !

Vos sondages, en tout cas, n'impressionnent pas Alain Juppé. Ecoutez le nouveau ministre des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse, hier, à Bordeaux : "On est à l'heure actuelle fasciné, paraît-il, par la montée de madame Marine Le Pen dans les sondages. Je l'ai écouté il n'y a pas très longtemps à la télévision. J'ai été atterré par la pauvreté de son discours qui consiste simplement à répéter ce qui traîne dans les analyses de presse et à présenter un programme économique atterrant".Voyez ! Alain Juppé n'est pas tendre avec vous !

Oui, mais enfin vous savez, je n'ai pas à recevoir de leçons d'économie de monsieur Juppé qui a quand même réussi à mettre... qui, Premier ministre, a réussi à mettre le plus de Français dans la rue ; et son gouvernement s'est fait jeter par les Français. Par conséquent, en matière de brutalité sociale, monsieur Juppé peut probablement donner des leçons mais en matière d'économie, je ne pense pas.

Ca ne veut pas dire que les réformes qu'il présentait, étaient mauvaises ; ça veut dire qu'elles ont été refusées à un moment. La réforme des retraites, voyez quinze ans après, on y est encore.

Ah, et parce que vous croyez qu'elle est acceptée aujourd'hui. Non, elle a été imposée.

Elle n'est peut-être pas acceptée, mais... Et vous croyez qu'il ne faut pas la faire ?

Non, je crois que c'était une erreur majeure que de demander à nouveau des sacrifices supplémentaires aux Français, alors même que la France est en train de vivre une grande gabégie, un grand gaspillage et qu'aucune des économies qui devrait être faite, ne le sont.

Vous redoutez, vous l'avez dit Marine Le Pen, une vague d'immigration clandestine consécutive aux révoltes arabes. Et interrogée à ce sujet lors de votre visite au Salon de l'Agriculture, la semaine dernière, vous avez précisé ceci, je vous cite : "L'Union européenne est totalement impuissante à nous protéger. Il faut passer un accord bilatéral avec l'Espagne, avec l'Italie pour permettre à nos marines de préserver nos eaux territoriales et repousser dans les eaux internationales, les migrants qui voudraient entrer en Europe." Les êtres humains sur des barques qui sont en danger, il faut les repousser dans les eaux internationales, au risque qu'ils se noient, Marine Le Pen ?

Ah voyez ! Ca, c'est la manière de faire de la politique actuellement. Ca, on tombe immédiatement dans le compassionnel. On peut parfaitement repousser des bateaux dans les eaux internationales, humainement, monsieur Aphatie. Il n'y pas cinquante solutions, il y en a deux : soit on les accepte, monsieur, soit on les accepte ; soit on les repousse. Je crois qu'effectivement, il faut les repousser, parce que la France ne peut plus accepter une immigration supplémentaire alors même que l'immigration que nous subissons pèse déjà très lourdement sur la vie quotidienne de nos compatriotes, sur nos budgets sociaux, sur nos déficits.

Et je pense qu'effectivement, il faut actionner l'article 2-2 de Schengen qui permet de rétablir de façon temporaire, un contrôle aux frontières. Ca a été fait dans le cadre d'événements beaucoup moins graves que ce qui se prépare. Ca avait été effectué au sommet de l'OTAN de 2009 ; ça avait été effectué lors de la Coupe du Monde de 2006 ; ça nous permet de sortir de manière temporaire, pour l'instant, d'urgence de Schengen et de rétablir un contrôle à nos frontières.

On peut secourir les gens qui sont perdus au milieu de la mer ; et puis ensuite, quand on les a secourus, on peut les renvoyer chez eux ; c'est ce que permettent les lois ?

Oui, monsieur Aphatie, on peut le faire mais ça n'est jamais comme ça que ça se passe !

Mais les laisser se noyer dans les eaux internationales, ce n'est pas...

Monsieur Aphatie, toute de suite, vous tombez dans l'excès et la caricature ; et c'est bien dommage parce que ça n'élève pas  le débat politique.

Repousser dans les eaux internationales les migrants qui voudraient entrer en Europe ! Les mots ont un sens, Marine Le Pen ?

Oui, oui, repousser dans les eaux territoriales. Oui, oui, les empêcher...

... Dans votre dernière campagne électorale, vous en avez beaucoup parlé !

... De débarquer sur notre territoire, compte tenu du fait qu'à chaque fois que des migrants ont débarqué sur notre territoire, ils se sont évanouis dans la nature et que la France est tellement attractive pour l'immigration, probablement le pays le plus attractif de toute l'Europe, que c'est évidemment la destination préférée de l'ensemble des migrants comme l'a d'ailleurs rappelé le maire de Lampedusa qui a indiqué que 70% des immigrants clandestins qui étaient arrivés sur l'île espéraient ou allaient rejoindre la France. Je pense qu'il faut donc couper les pompes aspirantes, que nous ne pouvons pas supporter une immigration supplémentaire et que par conséquent, il faut prendre des mesures concrètes et non pas uniquement des discours.

Une campagne électorale...

... Souvenez-vous, le bateau qui était arrivé en Corse !  Où sont passés ceux qui étaient sur ce bateau ?

Ah, je n'ai pas fait le compte !

Ah ! Eh bien, ils se sont égayés dans la nature et ils sont venus gonfler la masse d'immigration clandestine que la France subit depuis déjà de trop nombreuses années.

Une campagne électorale comme la campagne présidentielle va nous permettre, Marine Le Pen, de mieux vous découvrir, de mieux vous connaître et avec des phrases comme ça : "repousser dans les eaux internationales" ! On va se dire que vous manquez d'humanité, peut-être ?

Non, je ne crois pas. Je crois qu'on va dire que je suis probablement la seule à avoir le courage de prendre les décisions nécessaires pour sauvegarder les intérêts de la France et des Français. Il n'y a rien de plus facile, monsieur Aphatie, que de faire du compassionnel, que de faire de l'humanitaire mais il y a toujours quelqu'un qui paye ; et en l'occurrence, le prix...

Rien de plus facile, peut-être ! Mais l'humanitaire ça a un sens aussi ! Le sens de préserver la vie, par exemple, d'aider les gens.

D'accord, monsieur. Oui, monsieur. Mais le prix, en l'occurence, ce sont les Français qui le paient. Alors s'il faut aider un certain nombre de pays pour fixer les populations dans leur pays d'origine, c'est là-bas qu'il faut le faire et en aucun cas, en acceptant une immigration nouvelle.

Quand serez-vous désignée par votre parti, candidate à l'élection présidentielle ?

Je suis, monsieur, désignée par mon parti.
 
Ah, vous êtes déjà désignée !

Eh oui !

Quand vous avez été élue présidente, vous avez en même temps été désignée comme candidate ?

Ce sera confirmé par le bureau politique du Front National ; mais je n'ai aucun doute !

Ah ! Ah !

Mais parce que lors de ma candidature, j'avais indiqué que si j'étais élue présidente, je serais également candidate à la Présidentielle et que si je n'étais pas élue présidente, je ne serais pas candidate.

 Ca, vous l'aviez dit ; mais il n'y a pas de procédure au Front National qui désigne un candidat. Vous l'êtes. C'est fait ?

Ah, le bureau politique entérinera...
 
Ah, le bureau politique, oui ça j'imagine !

... Entérinera cette situation.

Et l'objectif, c'est quoi ?
 
L'objectif c'est d'être au second tour, puis de gagner l'élection présidentielle.
 
Ben voyons !

Oui, mais il y a quelques mois probablement, vous m'auriez dit que jamais je n'atteindrais une telle confiance, en tout cas dans les sondages d'opinions, alors soyez prudent et méfiant, monsieur Aphatie !

Ah méfiant, on est tranquille...

Non, mais dans vos analyses !
   
Ah, prudent ? On l'est toujours.

Dans vos analyses !

Bonne journée. Marine Le Pen était l'invitée de RTL.

Lire la suite
Politique François Fillon Jean-Michel Aphatie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7664512122
Marine Le Pen : "On peut repousser humainement des bateaux dans les eaux internationales"
Marine Le Pen : "On peut repousser humainement des bateaux dans les eaux internationales"
La présidente du Front National répondait mardi matin aux questions de Jean-Michel Aphatie.
https://www.rtl.fr/actu/politique/marine-le-pen-on-peut-repousser-humainement-des-bateaux-dans-les-eaux-internationales-7664512122
2011-03-01 09:50:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/VnsuyjVdoh9BKb6N3NcIjw/330v220-2/online/image/2011/0301/7664519475_la-presidente-du-front-national-marine-le-pen-sur-rtl-le-1er-mars-2011.jpg