1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Marine Le Pen favorable à "un service national obligatoire"
1 min de lecture

Marine Le Pen favorable à "un service national obligatoire"

INVITÉE RTL - La présidente du Front national veut adosser ce service à une "garde nationale".

Marine Le Pen, invitée du "Grand Jury" du 8 février 2015
Marine Le Pen, invitée du "Grand Jury" du 8 février 2015
Crédit : RTL / Frédéric Bukajlo / Abacapress
Romain Renner
Romain Renner

Si le gouvernement veut étendre le service civique et le rendre universel, le Front national prône, lui, une solution bien différente. "Nous sommes pour un service national obligatoire d'une durée de trois mois et l'adosser à une garde nationale", explique Marine Le Pen.

La présidente du FN souhaite que la garde nationale serve à "pallier des missions confiées à la police et la gendarmerie alors que ce ne sont pas les leurs telles que la protection des lieux mis en danger par la montée du fondamentalisme et le soutien aux forces civiles en cas de catastrophe". Marine Le Pen chiffre cette proposition à "trois milliards d'euros" et ne s'inquiètent pas de son financement. "Il faut faire des choix budgétaires", explique-t-elle, évoquant l'abandon de l'aide médicale d'État, qui coûte chaque année "un milliard d'euros".

Le FN contre la discrimination positive

Cette proposition du Front national suit les critiques formulées par Marine Le Pen à l'encontre de la politique, selon elle, "raciste" que le gouvernement veut mettre en place. "Le ministre de la Ville veut que le service civique s'applique prioritairement aux jeunes de banlieues, se justifie-t-elle. Et les politiques de discrimination positive sont racistes car ce qui est positif pour les uns et négatif pour les autres".

Selon Marine Le Pen, le ministre de la Ville aurait appelé à "une discrimination positive ethnique" et ne serait pas le seul. Elle ajoute : "Nicolas Sarkozy l'a fait : il a nommé un préfet musulman parce qu'il était musulman. Sa charte de la diversité réclamait des critères ethniques. Au sens des valeurs de la République, c'est du racisme".

À écouter aussi

La candidate à la présidentielle 2012 tacle d'ailleurs durement l'ensemble de la politique française de la Ville. "Traitons tout le monde de la même manière, invoque-t-elle. Nous dépensons quatre milliards d'euros par an aux banlieues, sans résultat".  

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/