1 min de lecture Marine Le Pen

"Lorsqu'on écoute Nicolas Sarkozy, on rajeunit de cinq ans"

Marine Le Pen, présidente du Front National et candidate à l'élection présidentielle, était l'invitée du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro ce dimanche 4 mars 2012. Elle répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie (RTL), Etienne Mougeotte (Le Figaro) et Frédéric Delpech(LCI).

Marine Le Pen invitée du Grand Jury.
Marine Le Pen invitée du Grand Jury. Crédit : RTL / Nicolas Gouhier / Abacapress

"Sarkozy joue le tout pour le tout"

La candidate du Front national Marine Le Pen s'en est surtout pris à Nicolas Sarkozy, en jugeant que les propositions samedi de Nicolas Sarkozy sur l'immigration et la lutte contre la criminalité lui rappelaient son propre projet et dénoncé ses "grandes promesses qui n'ont jamais été tenues".
  
"Ça me rappelle le projet de Marine Le Pen en matière de justice, qui a réclamé que, dans les audiences de libération conditionnelle, les victimes soient défendues et puissent être entendues et donner leur opinion", a t-elle déclaré.
  
"Je crois que M. Sarkozy joue le tout pour le tout. Car en réalité, l'échec de sa politique en matière d'immigration et de sécurité est telle depuis cinq ans qu'il se dit qu'il n'a pas d'autre moyen pour tenter de s'en sortir que de faire comme s'il n'avait pas été président pendant cinq ans".
  
"Lorsqu'on l'écoute, on rajeunit de cinq ans (...) je me revoyais en 2007 avec toutes ces grandes promesses qui n'ont jamais été tenues", a insisté la présidente du Front national, "Nicolas Sarkozy a déjà fait ces propositions et il a dit la même chose que nous en 2007 pour nous empêcher de le faire".

"Les Français doivent se poser dans le maelström de cette campagne (...) la question de la moralité. Est-ce qu'on a le droit aussi de demander à des candidats, quelles que soient leurs convictions, d'être sincères et de soumettre leur démarche à une relatif respect de la moralité publique ?", a également demandé Marine Le Pen.

Lors d'un discours à Bordeaux samedi, le candidat Sarkozy a notamment proposé qu'un "condamné ne puisse pas bénéficier d'une remise en liberté conditionnelle avant qu'il ait effectué au moins les deux tiers de sa peine", contre la moitié actuellement, et un "droit d'appel des victimes pour les décisions des cours d'assises, pour la détention provisoire et l'exécution des peines".

Marine Le Pen invitée du Grand Jury
2012 et vous

Lire la suite
Marine Le Pen Politique Élection présidentielle
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants