4 min de lecture Présidentielle 2017

Marine Le Pen-Emmanuel Macron : que proposent-ils pour l'emploi ?

LE DUEL (8/14) - Les deux candidats à l'élection présidentielle s'affrontent sur des programmes différents et des méthodes diverses.

Marine Le Pen et Emmanuel Macron
Marine Le Pen et Emmanuel Macron Crédit : AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Ils incarnent deux visions distinctes de l'économie. Marine Le Pen et Emmanuel Macron s'affrontent pour la présidence de la République et ont focalisé la campagne de l'entre-deux-tours sur leurs programmes économiques. Le gouffre qui les sépare a été matérialisé à Amiens, et plus précisément devant les salariés de l'usine Whirlpool. Le candidat "En Marche !" s'est fermement opposé à "la fermeture des frontières" qu'il a qualifiée de "promesse mensongère". "La réponse n'est pas la suppression de la mondialisation, ni la suppression des frontières. Ne vous trompez pas de combat !", a-il lancé.

Les proches de Marine Le Pen ont, eux, évoqué la possibilité d'une prise de participation de l'État. Selon Florian Philippot, elle "demande pour ce cas précis qu'un repreneur soit trouvé et que l'Etat s'y engage, et que le temps de trouver ce repreneur l'Etat puisse mettre sous protection ce site, y compris par une prise de participation".

L'assurance-chômage

La lutte contre le chômage tient une place importante dans le programme des candidats. Le mot "chômage" figure à huit reprises dans le programme du candidat "En Marche !". Selon l'ancien ministre de l'Économie, "depuis plus de trente ans, nous ne parvenons pas à régler le problème du chômage de masse". Le constat formulé par le candidat est que les Français ne sont "pas condamnés à choisir entre le chômage de masse et la précarisation du travail". Et c'est pour cela qu'il a consacré l'un des six chantiers de son programme au travail. "Dès le début du quinquennat, je demanderai au gouvernement de simplifier le droit, de réformer l'assurance chômage pour en faire un droit universel avec des exigences nouvelles pour chacun", peut-on lire sur son site. Plus loin, il détaille cette mesure. 

À lire aussi
Benoît Hamon au soir de sa défaite au premier tour de l'élection présidentielle, à Paris le 23 avril 2017 Parti socialiste
Présidentielle 2017 : Benoît Hamon aussi a bénéficié de ristournes

"Nous ouvrirons les droits à l'assurance-chômage aux salariés qui démissionnent. Ce droit ne sera utilisable qu'une fois tous les cinq ans. En contrepartie, l'insuffisance des efforts de recherche d'emploi ou le refus d'offres raisonnables entraîneront la suspension des allocations". À cela s'ajoute la proposition consistant à permettre à "tous les travailleurs d'avoir droit à l'assurance-chômage. Les artisans, les commerçants indépendants, les entrepreneurs, les professions libérales et les agriculteurs disposeront, comme les salariés de cette protection". 

La formation

Dans le programme de Marine Le Pen, le mot "chômage" n'est pas mentionné une seule fois. La candidate mise sur "emploi". Elle y consacre la troisième partie de son programme intitulé : "Une France prospère". Concernant la formation, la candidate souhaite "développer massivement l'alternance dans l'artisanat, le secteur public et privé et rendre la formation professionnelle plus efficace, moins opaque et moins coûteuse". 

Emmanuel Macron souhaite, lui, mettre en place "un effort massif pour l'apprentissage". "Nous développerons les périodes de pré-apprentissages et les filières en alternance dans tous les lycées professionnels. Des licences professionnelles seront préparées sur trois ans et en alternance. Nous ferons converger les contrats existants et impliquerons pleinement les branches professionnelles dans la définition des programmes et l'organisation des formations", lit-on dans son programme.

L'industrie

Marine Le Pen propose, dans l'engagement numéro 34 de son programme, de "mettre en place un plan de ré-industrialisation dans le cadre d'une coopération associant l'industrie et l'État-stratège pour privilégier l'économie réelle face à la finance spéculative". Elle prône aussi l'instauration d'un "vrai patriotisme économique en se libérant des contraintes européennes et en réservant la commande publique aux entreprises françaises si l'écart de prix est raisonnable. Réserver une partie de la commande publique aux PME". Marine Le Pen mise aussi sur "la protection des secteurs stratégiques et porteurs par un contrôle des investissements étrangers qui portent atteinte aux intérêts nationaux grâce à une Autorité de Sûreté Économique". Afin d'y parvenir, elle souhaite créer sous la tutelle de la Caisse des Dépôts et Consignations un fonds souverain avec la double mission de protéger les entreprises des fonds vautour ou des OPA hostiles et de prendre des participations dans des secteurs porteurs". 

Emmanuel Macron souhaite de son côté créer un Fonds pour l'industrie et l'innovation. Il sera doté de 10 milliards d'euros "issus des actions d'entreprises possédées de manière minoritaire par l'État, il servira à financer l'industrie du futur". Mais ceci doit passer par "la modernisation de notre économie". "Je veux accélérer l'émergence d'un nouveau modèle de croissance réconciliant transition écologique, industrie du futur et agriculture de demain", explique-t-il. Le candidat "En Marche !" estime que pour protéger les "industries stratégiques" du pays, il est nécessaire de "construire une Europe" qui sera dotée de "mécanisme de contrôle des investissements étrangers en Europe afin de préserver nos secteurs stratégiques".

Les TPE et les PME

Marine Le Pen souhaite "soutenir les entreprises en privilégiant l'économie réelle". Elle souhaite "alléger la complexité administrative et fiscale pesant sur les TPE-PME". Cela passerait pas un "guichet unique dédié", par la "généralisation du 'titre emploi service entreprise' aux TPE", le "remplacement du compte pénibilité (...) par un nouveau dispositif reposant sur une "évaluation personnalisée grâce à une médecine du travail qui sera reconstituée". La candidate du Front national souhaite aussi "abaisser les charges sociales des TPE-PME de façon lisible et significative". Elle compte fusionner l'ensemble des dispositifs d'allègements des charges sociales. Dans l'objectif de "favoriser l'embauche", celle qui s'est mise en retrait de la présidence du Front national compte "réduire le nombre des obligations administratives liées au seuil social de 50 salariés et fusionner les institutions représentatives du personnel entre 50 et 300 salariés en une structure unique conservant les mêmes compétences".

À destination des TPE et des PME, Emmanuel Macron propose de créer sur "Internet un nouveau service d'explication de la réglementation pour les entreprises". Ce site donnera à "chaque TPE  ou PME les obligations légales et conventionnelles qu'elle doit respecter en fonction de sa situation". En ce qui concerne la création d'emplois, le candidat souhaite "créer des emplois francs pour encourager l'embauche des habitants des quartiers prioritaires de la prioritaires de la politique de la ville". Il ajoute que "quel que soit le lieu où elle se situe, une entreprise qui recrutera en CDI un habitant de l'un de ces quartiers bénéficiera d'une prime de 15.000 euros sur trois ans". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Emmanuel Macron Marine Le Pen
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788313674
Marine Le Pen-Emmanuel Macron : que proposent-ils pour l'emploi ?
Marine Le Pen-Emmanuel Macron : que proposent-ils pour l'emploi ?
LE DUEL (8/14) - Les deux candidats à l'élection présidentielle s'affrontent sur des programmes différents et des méthodes diverses.
https://www.rtl.fr/actu/politique/marine-le-pen-emmanuel-macron-que-proposent-ils-pour-l-emploi-7788313674
2017-04-29 12:47:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/0z9x4DDm-a5sx-CBMV0Zqg/330v220-2/online/image/2017/0424/7788270629_marine-le-pen-et-emmanuel-macron.jpg