1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Marine Le Pen dénonce une "immigration d'installation"
2 min de lecture

Marine Le Pen dénonce une "immigration d'installation"

La présidente du FN estime que les réfugiés politiques accueillis en Europe sont "ultra-minoritaires".

Marine Le Pen à Paris le 13 juillet 2015.
Marine Le Pen à Paris le 13 juillet 2015.
Crédit : LOIC VENANCE / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Alors que l'Europe est actuellement frappée par la crise migratoire, Marine Le Pen est persuadée que la plupart des réfugiés quittent leur pays pour des raisons économiques et non pour des raisons politiques. Ces derniers sont selon elles "ultra minoritaire".

"J'en veux pour preuve les images que je vois à la télévision. Moi, j'ai vu les images des clandestins qui descendaient, qui étaient emmenés en Allemagne de la Hongrie, etc. Et bien, dans ces images, il y a 99% d'hommes. Or, moi je pense que des hommes qui quittent leur pays pour laisser leur famille là-bas, ça n'est pas pour fuir la persécution. C'est évidemment pour des raisons économiques" a déclaré ce mardi 8 septembre sur RMC la présidente du FN. Selon elle, "nous sommes confrontés à une immigration économique, une immigration d'installation qui est la conséquence du laxisme gigantesque de nos gouvernants successifs".

Pas de réfugiés dans les villes FN

Les villes FN vont-elles accueillir des réfugiés, alors que François Hollande a annoncé lundi que la France en accueillerait 24.000 sur deux ans ? C'est peu probable pour Marine Le Pen, qui affirme que la décision appartient aux maires. "Je pense que les maires Front national sont conscients qu'ils ont en charge un lot important de misère, de pauvreté, de difficultés et qu'ils réservent leur énergie à essayer de soulager la souffrance de leurs administrés. Nous disons que nous ne pouvons plus accueillir personne. Nous sommes déjà ultra saturés"

"Aucune mairie Front National ou du Rassemblement Bleu Marine n'accueillera le moindre immigré clandestin", a renchéri dans un communiqué Steeve Briois, vice-président du FN et maire d'Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais. "Ces migrants clandestins resteront durablement sur le territoire national au frais du contribuable local", a-t-il dit.

Le PS monte au créneau

À lire aussi

Dans une déclaration écrite à l'AFP, Corinne Narassiguin, porte-parole du PS, a accusé la présidente du FN d'être "dans la confusion volontaire et préméditée pour alimenter les peurs". "Le droit d’asile est réglementé par la convention de Genève et c’est l’honneur de la France de le respecter pour donner refuge à des populations en souffrance en provenance de zones de conflits ou victimes de persécutions", ajoute-t-elle.

"La provenance actuelle de la majorité de ces réfugiés est connue : Syrie, Irak kurde, Érythrée. En parallèle, la France lutte contre les filières clandestines de l’immigration économique en coopération avec les pays de départ, et se donne encore plus de moyens avec un projet de loi sur le droit des étrangers en cours d’examen, et des propositions ambitieuses pour l’Union Européenne", dit-elle.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/