1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Marine Le Pen dénonce l'utilisation de l'esprit du 11 janvier par le gouvernement
2 min de lecture

Marine Le Pen dénonce l'utilisation de l'esprit du 11 janvier par le gouvernement

INVITÉE RTL - Selon la présidente du Front national, le pouvoir en place fait preuve d'une attitude "indécente" vis-à-vis de l'esprit du 11 janvier.

Marine Le Pen, invitée du "Grand Jury" du 8 février
Marine Le Pen, invitée du "Grand Jury" du 8 février
Romain Renner
Romain Renner

"Ce n'est plus de la politique, c'est du spiritisme". Marine Le Pen ironise à propos de ce qu'elle considère comme étant une utilisation "indécente" de l'esprit du 11 janvier (date de la grande manifestation républicaine quelques jours après les attentats de janvier, ndlr) par le gouvernement. 

Le "garde à vous" du 11 janvier

"Dès qu'on est en difficulté, on en appelle à l'esprit du 11 janvier. Il y a eu une souffrance commune du peuple, des manifestations et une réaffirmation de l'attachement au liberté. Vouloir se servir de ça pour interdire toute critique, rappeler à l'ordre les syndicats et demander à l'opposition de se taire, c'est indécent", s'emporte-t-elle.

Et la présidente du Front national de dénoncer l'utilisation de l'unité nationale "comme une sorte de garde à vous". Selon elle, "l'UMP est est tombée dans le piège. Mais comme elle n'a aucune proposition, elle est d'accord pour être la victime consentante".

Les propositions "insuffisantes" du gouvernement

Elle ajoute : "Les propositions du gouvernement à la suite des attentats sont microscopiques. C'est une honte et du mépris vis-à-vis de la menace qui plane sur nous (...) Les postes en plus dans l'armée alors qu'elle a perdu 54.000 postes en moins, (...) le site stop-jihadisme (...), si c'est au niveau, j'ai une vision radicalement différente".

À écouter aussi

Marine Le Pen rappelle les propositions de son parti après les attentats des 7,8 et 9 janvier : "Il faut arrêter l'immigration ; une tolérance zéro envers le communautarisme et les violations de la laïcité ; donner à la police, aux renseignements et à la police les moyens d'agir ; réorienter la politique internationale". La Turquie, l'Arabie Saoudite et le Qatar sont notamment visés par l'eurodéputée, qui préférerait voir la France "se tourner vers la Russie, les Émirats arabes unis et l'Égypte".

Attachement aux libertés

L'occasion pour elle de tacler le fichier des passagers aériens, le dispositif PNR, lui aussi évoqué au lendemain des attentats. "Si certains doivent être surveillés, qu’ils le soient. On peut s’échanger des listes entre pays mais pas l’ensemble des listes de voyageurs", assure-t-elle. Et de dénoncer l'utilisation faite par les États-Unis du Patriot Act, dont seul "1% des requêtes" concernerait, selon elle, le terrorisme.

Marine Le Pen réaffirme par ailleurs son attachement aux libertés sur internet, considérant que c'est en surveillant les sites jihadistes que l'on pourra mieux se protéger. "Si vous fermez tout, vous vous condamnez à être aveugle", estime-t-elle.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/