1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Marche républicaine : Marine Le Pen appelle à manifester en province, pas à Paris
3 min de lecture

Marche républicaine : Marine Le Pen appelle à manifester en province, pas à Paris

La présidente du Front national manifestera à Beaucaire dans le Gard dimanche 11 janvier en hommage aux victimes des récents attentats en France. Elle appelle à ne pas se rendre à la marche à Paris.

La présidente du Front national Marine Le Pen le 8 décembre 2014 (archives)
La présidente du Front national Marine Le Pen le 8 décembre 2014 (archives)
Crédit : PATRICK KOVARIK / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a appelé samedi ses partisans à défiler dimanche en province, et non à Paris, où la "marche républicaine" en hommage aux victimes de Charlie Hebdo a été selon elle "récupérée par (les) partis". 

Le rejet de la barbarie appartient à tous les Français

Marine Le Pen (FN)

"Le rejet de la barbarie appartient à tous les Français. Alors nous, élus de la nation, nous prendrons part au défilé là où l'esprit de tolérance est le plus fort, là où le sectarisme se fait moins violent. Nous irons au côté du peuple français, avec le peuple français, un et indivisible, ailleurs que dans le cortège parisien, récupéré hélas par des partis qui représentent ce que les Français détestent: l'esprit partisan, l'électoralisme et la polémique indécente", a déclaré Mme Le Pen dans une vidéo diffusée sur le site du FN. 

À écouter

Marine Le Pen refuse de participer à la "marche républicaine" : l'analyse du service politique de RTL
02:48

À l'issue d'une rencontre à l’Élysée avec le chef de l’État vendredi, la numéro un du parti d'extrême-droite a toutefois indiqué à la presse que François Hollande lui avait dit que sa "sécurité serait assurée" à cette manifestation si elle s'y rendait et elle l'en a "remercié".
Marine Le Pen affirme néanmoins ne pas avoir réussi à obtenir du président de la République "la levée claire de l'interdiction pour notre mouvement, ses élus, ses représentants, que des millions de Français espérait voir dans les cortèges, de participer dans des conditions dignes et respectueuses de notre mouvement à la manifestation de dimanche". "Tout à fait évidemment, je le regrette", a-t-elle poursuivi.


La fille de Jean-Marie Le Pen se rendra donc à Beaucaire dansle Gard, au côté de Gilbert Collard et du maire frontiste Julien Sanchez. Florian Philippot, lui, a fait savoir qu'il sera à Metz.

Je ne vais pas là où on ne veut pas de moi

Marine Le Pen
À lire aussi

"Je ne vais pas forcer les cordons de police ou les cordons des organisateurs de la manifestation - pour être honnête, le président de la République a indiqué que ma sécurité serait assurée et je l'en remercie -, je ne vais pas forcer les cordons pour m'introduire dans une manifestation où les organisateurs principaux ne veulent pas nous voir", a-t-elle expliqué Marine Le Pen à sa sortie de l'Élysée vendredi..

Et la patronne du FN d'ajouter : "J'ai été élevée, je ne vais pas là où on ne veut pas de moi." Pour elle, "l'unité nationale qui était pourtant si utile a été brisée par le sectarisme de certains au premier rang desquels le PS et l'UDI."

Marine Le Pen pourtant prête à participer

"J'étais tout à fait prête, et c'était parfaitement sincère, à participer à cette manifestation d'hommage", a encore garanti l'eurodéputée.

"Le PS a raté une occasion de montrer son respect à l'égard des victimes et surtout à l'égard de la liberté d'expression et donc à la liberté d'opinion, (...) en excluant le mouvement politique qui est arrivé en tête à la dernière présidentielle (ndlr: il s'agit des dernières élections européennes) et donc l'ensemble quelque part de ses électeurs", a accusé Mme Le Pen.

"Il aurait fallu que le président de la République fasse en sorte de rappeler qu'il entend que l'ensemble des partis politiques, des forces politiques soit le bienvenu dans cette manifestation et traité de manière égale. Il n'a pas entendu le faire", a-t-elle poursuivi.

Une marche républicaine dimanche

Une "marche républicaine" est prévue dimanche à 15h à Paris, organisée par associations, syndicats, mais aussi de nombreux partis qui se sont divisés sur l'opportunité d'inviter le FN à participer.

Tous les "citoyens peuvent venir aux manifestations",
ce sont eux "qui décident", a souligné le locataire de l’Élysée peu après la rencontre avec la présidente du FN.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/