2 min de lecture Manuel Valls

Manuel Valls répond au "FNPS" de Nicolas Sarkozy

Pour Manuel Valls, dire que le Parti socialiste et le Front national sont "la même chose" est une "équation désastreuse".

Manuel Valls, le 13 février 2015. (archives)
Manuel Valls, le 13 février 2015. (archives) Crédit : CHARLY TRIBALLEAU / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le Premier ministre a qualifié jeudi soir d'"équation désastreuse" le fait de dire que le Parti socialiste et le Front national sont "la même chose", répondant indirectement au sigle "PSFN" employé par le président de l'UMP Nicolas Sarkozy.

"Lorsque de toute part on dit que tout se vaut, lorsqu'une partie de la droite républicaine, elle-même, dit que le FN et le PS, c'est la même chose, alors on a cette équation désastreuse: les partis républicains sont égaux à l'extrême droite. Et donc l'extrême droite est un parti républicain! Cette équation, là encore, je la refuse", a déclaré le Premier ministre lors d'un meeting du PS à Boisseuil (Haute-Vienne) près de Limoges.

Le programme de Sarkozy : une "réplique caricaturale de celui de 2007"

Dénonçant une "droite sans inspiration, sans proposition, sans destination pour notre pays", Manuel Valls s'en est pris directement à Nicolas Sarkozy. "La droite aujourd'hui, en tout cas une partie d'entre elle, est en train de faire le jeu du Front national. Nicolas Sarkozy l'a démontré en effet une fois de plus, lundi dernier", a-t-il accusé, en référence à l'interview de l'ex-président où celui-ci juge que "voter pour le FN au premier tour, c'est faire gagner la gauche au second. C'est le FNPS".

Le programme de M. Sarkozy est une "réplique caricaturale de celui de 2007", a dit Manuel Valls, en citant la suppression d'un poste de fonctionnaire sur deux ou le report de l'âge du départ à la retraite.

Manuel Valls dénonce un "endormissement généralisé" face au FN

À lire aussi
Manuel Valls élections municipales
VIDÉO - Manuel Valls entre en campagne à Barcelone, et croit à une "remontada"

"Le président de l'UMP n'a que comme seul objectif une revanche. Sur nous, c'est normal, sur ses amis, on peut le comprendre, sur lui-même, on n'en doute plus mais c'est plus grave, une revanche sur les Français. Une revanche sur les Français qui lui ont dit en 2012 qu'ils ne voulaient plus de lui", a lancé Manuel Valls.

Manuel Valls a également dénoncé un "endormissement généralisé", face au danger "immense" du Front national "en passe de devenir le premier parti de France".

"Le danger est là devant nous, il est immense. Tout le monde le sait, tout le monde est au courant et pourtant, il y a comme une étrange accoutumance, presque une forme d'endormissement généralisé", a affirmé Manuel Valls lors de cette réunion publique.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manuel Valls Parti socialiste Front national
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants