1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Manuel Valls peut tout jouer, mal mais tout", dit Éric Zemmour
2 min de lecture

"Manuel Valls peut tout jouer, mal mais tout", dit Éric Zemmour

REPLAY / BILLET - Les angoisses du Premier ministre sur le Front national n'ont visiblement pas ému le journaliste.

Éric Zemmour
Éric Zemmour
Crédit : Elodie Grégoire
"Manuel Valls peut tout jouer, mal mais tout", dit Éric Zemmour
00:03:28
"Manuel Valls peut tout jouer, mal mais tout", dit Éric Zemmour
00:03:24
Éric Zemmour

"C'est l'histoire d'une pièce de théâtre qui connut jadis un immense succès, mais dont le texte a vieilli. Les ficelles dramatiques paraissent convenues et désormais surjouées par un acteur grandiloquent devant une salle aux trois-quarts vides", analyse Éric Zemmour évoquant le retour de la thématique "la République en danger" sur air de "no pasaran".

"Manuel Valls peut tout jouer, mal mais tout", poursuit le journaliste. "Alors qu'il est campagne pour des élections locales, il a déjà déclenché le programme 21 avril 2002. Les loups sont entrés dans Paris", ajoute-t-il.

Il rappelle qu'à l'époque, le candidat-vaincu Lionel Jospin "n'avait pas tardé à reconnaître que tout cela était du théâtre, qu'aucun danger fasciste ne menaçait la République". Il note aussi qu'en 2002, Manuel Valls était conseiller en communication du Premier ministre, et François Hollande, premier secrétaire du PS.

À la fin de l'année 2015, les initiales PS signifieront plan social

Éric Zemmour

La seule chance pour l'actuel chef de l'État d'être réélu est de se retrouver au second tour face à Marine Le Pen. "Le Président fait donc tout pour en faire la seule opposition, à la fois en majesté et diabolisée", décrypte Éric Zemmour, pour qui Manuel Valls "met son énergie et son sens de la démesure au service de cette tactique exclusive".

À écouter aussi

Pour le journaliste, la manœuvre poursuit trois objectifs successifs. D'abord, "réveiller et rameuter un peuple de gauche chauffé artificiellement au feu antifasciste". Ensuite, "culpabiliser la gauche de la gauche, de Mélenchon à Duflot". Enfin, "préparer le troisième tour des départementales lors de l'élection des présidents des conseils généraux pour casser l'UMP entre ceux qui pactiseraient avec le diable".

"À la fin de l'année 2015, les initiales PS signifieront plan social", prédit Éric Zemmour. "Un Waterloo politique, idéologique et alimentaire qui s'achèvera par la mort du Parti socialiste, si Hollande n'est pas au second tour en 2017", ajoute-t-il.

"On comprend que Valls ait peur et sonne le tocsin de la République en danger", conclut-il.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.