2 min de lecture Christiane Taubira

"Manuel Valls et Christiane Taubira sont dans l'imposture", selon Bruno Beschizza

INVITÉ RTL - Pour Bruno Beschizza, secrétaire national de l'UMP, Manuel Valls et Christiane Taubira sont dans "l'imposture". S'il ne croit pas en un arbitrage de François Hollande, il appelle le ministre de l'Intérieur "à tirer les conclusions" si "la loi pénale passe en l'état".

L'ancien syndicaliste policier, Bruno Beschizza, a été élu maire d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) fin mars (photo d'Archives).
L'ancien syndicaliste policier, Bruno Beschizza, a été élu maire d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) fin mars (photo d'Archives). Crédit : ALEXANDER KLEIN / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Alors que le torchon brûle entre Manuel Valls et Christiane Taubira au sujet de la réforme de la pénale menée par la Garde des Sceaux, l’UMP critique avec véhémence les frictions entre les deux ministres.

Le secrétaire national du parti d’opposition, Bruno Beschizza, a fustigé, au micro de RTL, “l’imposture” que jouent Manuel Valls et Christiane Taubira. Le conseiller régional d’Île-de-France regrette que la ministre de la Justice aille “voir des détenus jouer au basket” quand le ministre de l’Intérieur, lui, “demande aux gendarmes et aux policiers de toujours mieux s’occuper des victimes, des délinquants et des voyous”.

>
Bruno Beschiza : "Valls et Taubira sont dans l'imposture" Crédit Média : RTL | Durée : | Date :

La pierre d’achoppement entre les deux ministres : la réforme sur la procédure pénale, qui met notamment l’accent sur la suppression des peines plancher ou encore la création d’une peine de probation. Manuel Valls a indiqué, dans une lettre à François Hollande, qu’il s’en remet à l’arbitrage du Président.

François Hollande a cultivé cette imposture

Bruno Beschiza
Partager la citation

François Hollande ne va pas trancher, car il a entretenu cette imposture”, réagit, de son côté Bruno Beschizza. “Depuis un an, la gauche dit du Valls et fait du Taubira”, continue-t-il, arguant que le président de la République “a fait ce choix, en conscience, de cultiver cette ambiguïté”.

À lire aussi
Christiane Taubira au ministère de la Justice, le 27 janvier 2016 manifestations
Pour Christiane Taubira, les "gilets jaunes" sont "une marque de vitalité de la démocratie"

Si Éric Ciotti déclare sur Twitter “qu’un des deux doit quitter le gouvernement”, Bruno Beschizza, lui, “estime, à titre personnel, que, quand on est ministre de l’Intérieur, on n’a pas le droit de mentir à des victimes”. Et de préciser: “Taubira parle de récidive quand les victimes subissent les actions des récidivistes”.
Si la loi pénale passe en l’état, Manuel Valls devra en tirer les conclusions”, conclue le secrétaire national de l’UMP.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Christiane Taubira Manuel Valls Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants