1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Manuel Valls en Algérie : de la diplomatie et du business
2 min de lecture

Manuel Valls en Algérie : de la diplomatie et du business

REPLAY / REPORTAGE - La visite de Manuel Valls en Algérie aura été marquée par la gestion du refus des visas pour des journalistes français et la signatures de différents contrats.

Manuel Valls et son homologue algérien Abdelmalek Sellal en Algérie le 10 avril
Manuel Valls et son homologue algérien Abdelmalek Sellal en Algérie le 10 avril
Crédit : AFP
Manuel Valls en Algérie : de la diplomatie et du business
02:12
Olivier Bost & La rédaction numérique de RTL

Manuel Valls rentre ce dimanche 10 avril au soir à Paris après une rapide visite officielle en Algérie. Le voyage du Premier ministre aura été un savant mélange de diplomatie et d'affaires. Ce déplacement dans la capitale, Alger, a été marqué par l'affaire des visas refusés à nos confrères du Monde et de Canal+, a également eu un important volet économiqueManuel Valls aura signé en deux jours plus d'une dizaine de contrats avec l'Algérie, même s'il n'y en a pas pour des milliards d'euros.

Le plus gros marché a été remporté par Alstom. L'entreprise construisait déjà des tramways, et va étendre son usine pour construire des trains régionaux. Le géant de l'agroalimentaire Avril a également signé un gros contrat, mais ni Air Liquide, ni PSA n'ont concrétisé leurs accords. Le groupe Peugeot-Citroën devait annoncer la construction d'une usine à Oran destinée au marché algérien. Mais il n'y a pas eu de signature, ce n'est donc pas la moisson de contrats attendue.

Rien ne peut, et ne doit, entraver notre relation exceptionnelle

Manuel Valls en Algérie

Le Premier ministre français doit, dans la soirée, avoir un tête à tête avec le président Bouteflika, une rencontre à huis-clos, sans journalistes, ni caméras. Sur cette fameuse affaire des visas, Manuel Valls aura été d'une grande prudence. Son homologue algérien, lui, aura été beaucoup plus intransigeant.

La presse française a condamné ce refus de délivrer un visa, mais le Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, a assumé son choix et a attaqué le journal Le Monde. "Ce journal s'est permis de porter atteinte à l'honneur et au prestige de l'une des plus importantes institutions de ce pays", a-t-il expliqué. "Rien ne peut et ne doit entraver cette relation exceptionnelle", a de son côté jugé Manuel Valls. Les affaires avant tout donc, même si elles n'ont pas été florissantes cette fois-ci.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/