1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Manuel Valls, c'est le troll du quinquennat", décrypte Olivier Bost
2 min de lecture

"Manuel Valls, c'est le troll du quinquennat", décrypte Olivier Bost

CHRONIQUE - L'ancien premier ministre, candidat à la primaire de la gauche, se lance dans la course à la présidentielle avec deux boulets aux pieds.

Manuel Valls dans son QG de campagne parisien, le 14 décembre 2016
Manuel Valls dans son QG de campagne parisien, le 14 décembre 2016
Crédit : SIPA
Olivier Bost : "Manuel Valls, c'est le troll du quinquennat"
02:52
"Manuel Valls, c'est le troll du quinquennat", décrypte Olivier Bost
02:58
Olivier Bost & Loïc Farge

Le temps s’est accéléré pour Manuel Valls. Premier ministre loyal et libre de François Hollande, il est devenu candidat à la place du chef de l'État. Mais comme ce n’est pas aussi simple, il doit encore gagner la primaire de la gauche. C'est comme si l'intéressé devait courir un sprint avec deux boulets accrochés aux chevilles. Pas facile, facile. La primaire, c’est une campagne ultra-courte.

Le premier boulet de Manuel Valls, c'est l’image du traître. Les plus proches de François Hollande d’ailleurs se repassent depuis des semaines le quinquennat, et ça leur explose à la figure. L’épisode Leonarda, la déchéance, la loi Travail avec le 49.3, la surenchère sur le livre de confidences du Président : tout ça (et on en oublie), c'est Manuel Valls. Celui qui a tout fait pour faire chuter le chef de l'État, c’est Manuel Valls. C'est le troll du quinquennat. Cette image de traître, vous pouvez compter sur ses adversaires pour la cultiver. Il doit donc s’en détacher en quelques semaines.

Valls à contre-emploi total

Deuxième boulet du candidat à la primaire : son côté pas sympa et diviseur. Manuel Valls, depuis quelques jours, se force à sourire - ce qui ne lui arrive pas souvent. Il n’a qu’un seul mot à la bouche : "le rassemblement". Il serait le seul, dit-il, à pouvoir rassembler son camp. Alors qu’objectivement, là encore quand on se repasse le quinquennat en vitesse accélérée, il a juste passé son temps à démolir la majorité par petit bout.

Pour sa défense, il dit que le CICE, le pacte de responsabilité, tout ça, c’était avant qu’il soit premier ministre. Sauf que les écolos ne sont pas restés à cause de lui. Et Arnaud Montebourg comme Benoît Hamon, qui sont aujourd'hui candidats contre lui, se sont fait virer de son gouvernement. En fait, Manuel Valls est à contre-emploi total dans cette primaire. Cela ne lui va pas du tout.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Dans cette primaire, Manuel Valls joue la première place, pour la suite. S'il perd la primaire, il perd tout. Car lui, contrairement aux autres, ne peut pas jouer une place de premier ministre, ou même un autre poste honorifique si ses petits camarades l’emportent. En cas d’élimination à la primaire, que ce soit au premier ou au second tour d’ailleurs, il retournera à Évry, son fief. Président de l’agglomération, c’est son destin politique. Le début de sa traversée du désert, en attendant des jours meilleurs.

Il ne pouvait attendre 2022

Mais s’il gagne la primaire et qu’il perd la présidentielle, ce n’est pas terrible non plus. Tout dépend du score. S’il est éliminé dès le premier tour, humilié en plus par Emmanuel Macron, le Parti socialiste va exploser dans la foulée. Manuel Valls pourra en ramasser des miettes. Mais ce ne sera pas très différent là aussi du début d’une traversée du désert.

Si son score est honorable, que les socialistes gardent pas mal de députés à l’Assemblée nationale, alors là c’est une toute autre histoire. On ne vous dit pas que ce sera un long fleuve tranquille. Mais il pourra s’installer comme vrai chef de l’opposition, d’un Parti socialiste qui assume enfin complétement d’être social-démocrate. Sa marge de manœuvre est faible. La probabilité est assez faible. C’est pour ça que Manuel Valls joue très gros en ayant pris son ticket en 2017, au lieu d’attendre 2022. De toute façon, il n’avait pas le choix.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/