4 min de lecture Manuel Valls

Manuel Valls : "Je suis candidat à la présidence de la République"

Le Premier ministre a officialisé sa candidature à l'élection présidentielle, ce lundi 5 décembre.

Manuel Valls à Évry le 5 décembre 2016
Manuel Valls à Évry le 5 décembre 2016 Crédit : bertrand GUAY / AFP
AymericParthonnaud1
Aymeric Parthonnaud
et AFP

Une semaine après un déjeuner sous haute tension et quatre jours après le renoncement présidentiel, François Hollande et Manuel Valls se sont retrouvés pour discuter de la date du départ du Premier ministre, nommé à Matignon en mars 2014. "J'imagine mal, connaissant le Premier ministre, qu'il puisse considérer que, quand on a des responsabilités de très haut niveau, on puisse cumuler la casquette de candidat à l'élection présidentielle et celle de Premier ministre", disait des proches de Manuel Valls.

Samedi, la rumeur de l'annonce d'une candidature de Manuel Valls sur le plateau d'une télévision dimanche à 20h a couru dans la presse. Il n'en a finalement rien été. Le Premier ministre a déjeuné avec le chef de l'État à l'Élysée, ce qui était vraisemblablement leur ultime déjeuner traditionnel du lundi. La démission du Premier ministre et de son gouvernement interviendra dès demain. "Quelle que soit la décision prise par le Premier ministre, il s'agit de rebâtir rapidement un dispositif gouvernemental opérationnel", avait indiqué dimanche soir un proche du président. Quatre noms sont pressentis pour prendre la succession de Manuel Valls : Jean-Yves Le Drian, Bernard Cazeneuve, Marisol Touraine et Najat Vallaud-Belkacem.

Une semaine plus tôt, en dépit d'un week-end marqué par de vives tensions, les deux têtes de l'exécutif n'avaient pas davantage dérogé à leur déjeuner du lundi. Dans une interview au Journal du Dimanche, Manuel Valls n'avait pas exclu de se présenter contre le Président à la primaire du PS. 

À lire aussi
Manuel Valls sur RTL société
Antisémitisme chez les "gilets jaunes" : Valls "aurait interdit des manifestations"

Revivez l'annonce de candidature de Manuel Valls

18h51 - "Je sais la force de notre jeunesse. Je veux que toute la jeunesse de mon pays réussisse. Je sais parfaitement que nous n'avons pas encore répondu à ses attentes. Sa réussite ne peut pas être que financière (...) Je veux que mes compatriotes retrouvent, tous, cette lumière dans les yeux (...) Je veux faire gagner tout ce qui nous rassemble. Vive la République et vive la France", poursuit-il.

18h48 - Manuel Valls dévoile sur Twitter son affiche de campagne.

18h45 - "J'en ai assez de ces discours qui nous divisent, qui stigmatisent nos compatriotes musulmans, ces réfugiés qui fuient la guerre (...) Partout des citoyens se mobilisent (...) Il y a des ressources dans la société française, un optimisme, une générosité. Les Français ont besoin de retrouver un esprit, celui d'une société moins dure, plus solidaire, plus fraternelle, plus morale. Je veux mettre la France à la hauteur d'un monde nouveau. La mondialisation doit être mise au service des peuples", déclare Manuel Valls.

18h40 - "Je veux me battre dans cette campagne, contre la droite, son candidat et son programme avec ses recettes sociales de 1980 (...) Je ne veux pas que les fonctionnaires travaillent plus pour gagner moins, que nos aînés aient moins de protection et que les salariés attendent 70 ans pour toucher une retraite à taux plein. Ma candidature c'est aussi une révolte. Je suis révolté au fond de moi-même que la gauche ne soit pas au second tour de l'élection présidentielle".

Le candidat ajoute : "Ma candidature est celle de la conciliation, celle de la réconciliation (...) Je veux faire gagner tout ce qui nous rassemble et la primaire qui s'ouvre est un formidable moyen de rassembler. J'invite tous les Français qui refusent l'extrême droite, la régression sociale que propose François Fillon (...) à venir débattre. La gauche est grande et belle".

18h35 -  "À François Hollande, je veux dire mon émotion, mon affection. Sa décision est celle d'un homme d'État qui place l'intérêt général, au dessus de tout (...) Je veux lui dire la chaleur de mes sentiments (...) Je veux lui dire ma très grande fierté d'avoir assumer, à ses côtés, ses responsabilités immenses, intenses", ajoute-t-il.

Il poursuit : "Le temps est venu d'aller plus loin dans mon engagement, le sens de l'État me fait considérer que je ne peux plus être premier ministre (...) Je quitterai mes fonctions dès demain, car je veux en pleine liberté proposer un chemin aux Français (...) Je suis candidat parce que la France doit poser de tout son poids dans un monde qui n'a plus rien à voir avec e qu'il était, menace terroriste, réchauffement climatique, affaiblissement de l'Europe, poussée de l'extrême droite". 

18h33 - "Je suis ici à Evry, dans ma ville, celle de ma famille, de mes enfants. Ma ville de cœur. Une ville intense, attachante, jeune, populaire. Cette ville où on se parle toujours directement, avec franchise. Cette ville qui est une école de la vie", commence Manuel Valls. "Je suis candidat à la présidence de la République", a-t-il ensuite annoncé.

18h31 - Manuel Valls s'apprête à prendre la parole. 

18h13 - Pour Martine Aubry, il n'est "pas évident" de soutenir Manuel Valls.

17h48 - "Comme François Fillon, Manuel Valls n'est pas de cette caste énarchique. Tout deux sont même des anti-modèles", analyse Nicolas Domenach, selon qui, "dans les deux camps, la déroute de ces excellences est impressionnante". À droite, les vaincus sont les énarques : Jean-François Copé, Bruno Le Maire et Alain Juppé. "Ils ne sont certes pas de la même promotion, et ne sont pas réductibles à leur matrice énarchique, mais tous en portent la marque, et sans doute le rejet qui les a frappés vient il aussi de là", analyse Nicolas Domenach. 

17h35 - Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a adressé un conseil à Manuel Valls : être "sur une position nouvelle de rassemblement". 

17h01 - La candidature de Manuel Valls devrait entraîner la démission du premier ministre. Selon les informations du Point, "une opération est en cours menée par Aubry, Moscovici, Taubira et Hidalgo pour aller chercher" Vincent Peillon, pour être candidat à la présidentielle.

16h45 - Selon Le Journal du Dimanche, Manuel Valls aurait tenté de "contraindre" François Hollande "à renoncer" pour 2017. Et pour afin d'y parvenir, il aurait "usé et abusé de la 'pression psychologique' sur le Président. Tous les jours, il l'aurait interrogé sur sa décision et sur la date à laquelle il la rendra publique".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manuel Valls Primaire PS Présidentielle 2017
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786127461
Manuel Valls : "Je suis candidat à la présidence de la République"
Manuel Valls : "Je suis candidat à la présidence de la République"
Le Premier ministre a officialisé sa candidature à l'élection présidentielle, ce lundi 5 décembre.
https://www.rtl.fr/actu/politique/manuel-valls-annoncera-sa-candidature-a-la-presidentielle-a-18h30-a-evry-7786127461
2016-12-05 07:13:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/kymuswZHiObhSUuat6ncww/330v220-2/online/image/2016/1205/7786139640_manuel-valls-a-evry-le-5-decembre-2016.jpg