1 min de lecture Bretagne

Manifestation à Quimper : cinq "bonnets rouges" convoqués par la justice

Cinq "bonnets rouges" ayant participé à la manifestation de Quimper contre l'écotaxe et pour l'emploi en Bretagne samedi 2 novembre ont été convoqués devant le tribunal correctionnel.

Des violences sont venues perturbés la manifestation anti-écotaxe et "pour l'emploi en Bretagne" organisée à Quimper, samedi 2 novembre 2013.
Des violences sont venues perturbés la manifestation anti-écotaxe et "pour l'emploi en Bretagne" organisée à Quimper, samedi 2 novembre 2013. Crédit : AFP / JEAN-SEBASTIEN EVRARD
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Selon les informations du Figaro, cinq opposants à l'écotaxe, interpellés en marge des manifestations du 2 novembre dans la préfecture du Finistère, sont convoqués devant le tribunal correctionnel.

"Elles devront répondre, respectivement, de violences sur militaires de la gendarmerie sans incapacité, violences en réunion sans incapacité, violences aggravées (jet de bouteilles sur les forces de l'ordre), participation à une manifestation malgré sommations et participation armée à une manifestation (l'arme est une fronde, l'utilisateur était encagoulé)", selon le quotidien qui indique que ces audiences devraient se tenir d'"ici à la fin du mois".

Investigations en cours sur les destructions de portiques

Ce mercredi, Jean-Marc Ayrault avait promis devant les députés à l'Assemblée nationale, que les auteurs des violences en Bretagne feraient l'objet de "convocations devant le tribunal correctionnel de Quimper". "Il y a eu des dégradations, des outrages et des violences sur les agents de la force publique", avait regretté le Premier ministre, saluant le "sang-froid et le professionnalisme" des forces de l'ordre.

Le parquet général de Rennes a indiqué pour sa part au quotidien, que "des investigations" étaient "en cours, sous l'autorité des parquets concernés, afin d'identifier puis d'interpeller les auteurs" des destructions des portiques écotaxe de Guiclan, de Melgven (Finistère), de Saint-Allouestre (Morbihan) et de Lanrodec (Côtes-d'Armor). Aucune personne n'aurait été identifiée ni interpellée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bretagne Jean-Marc Ayrault Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants