1 min de lecture Info

Mali : l'élection présidentielle suivie de près par la France

DÉCRYPTAGE - Les Maliens sont appelés aux urnes dimanche 28 juillet pour élire le nouveau président de la République. Le pays a traversé de graves crises ces deux dernières années, notamment une guerre dans laquelle la France est impliquée.

François Hollande lors de sa visite au Mali en février 2013
François Hollande lors de sa visite au Mali en février 2013 Crédit : AFP
Gwendoline Debono et La rédaction numérique de RTL

Une élection expresse dans un pays à genoux. Tel est le défi du Mali, qui vote pour choisir un président dimanche 28 juillet. En deux ans, le pays a connu un coup d'Etat, la domination d'Al-Qaïda et une guerre, dans laquelle la France est intervenue avec l'opération Serval.

L'organisation du scrutin n'est donc pas évidente dans ce contexte, auquel s'ajoute la saison des pluies et le ramadan. "On sait que ce ne sera pas parfait mais ça ne l'aurait pas été dans un mois ni dans deux" a confié un diplomate français au micro de notre envoyée spéciale. Pourtant, certains Maliens auraient préféré prendre plus de temps pour préparer cette élection, a confié un observateur a RTL.

Un scrutin d'une importance capitale pour la France comme pour le Mali

Ils sont désormais 27 candidats, après que l'un d'entre eux se soit désisté. Il dénonçait un "processus autiste", et affirme que le ministre des Affaires étrangères français Laurent Fabius est devenu le "directeur des élections".

Si la France s'intéresse de très près à ce vote, c'est parce qu'elle est engagée militairement au Mali depuis le début de l'année 2013. Elle est le seul pays étranger à avoir engagé des soldats dans ce conflit, qui vise luter contre le terrorisme dans le nord du pays. Et l'opération Serval ne sera considérée comme un succès que si elle s'accompagne d'un pouvoir politique stable. A l'inverse, si la situation se dégrade, l'intervention française pourrait être perçue comme un enlisement. 

>
Le Mali se prépare à élire son président dimanche 28 juillet 2013 Crédit Média : G. Debono | Durée : | Date :
À lire aussi
Un train Ouigo à Paris Gare de Lyon (illustration) transports
SNCF : Édouard Philippe dénonce "une grève sauvage"

L'autre enjeu pour la France est économique. Une fois le scrutin terminé, la communauté internationale devrait verser 3,5 millions d'euros pour financer la guerre contre le terrorisme dans cette région. Une somme qui allégerait le tribu payé par la France.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info International Intervention française au Mali
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants