1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Malgré son coup de blues, Mélenchon prépare la prochaine bataille face à Macron
4 min de lecture

Malgré son coup de blues, Mélenchon prépare la prochaine bataille face à Macron

DÉCRYPTAGE - Le leader du groupe la France insoumise à l'Assemblée nationale soigne sa riposte à Emmanuel Macron. Son axe ? L'Europe. Comment ? Avec la jeunesse.

Jean-Luc Mélenchon à l'Assemblée nationale, le 25 octobre 2017
Jean-Luc Mélenchon à l'Assemblée nationale, le 25 octobre 2017
Crédit : Thomas SAMSON / AFP
Marie-Pierre Haddad

Emmanuel Macron 1 - Jean-Luc Mélenchon 0. La fin de la partie - d'une manche, du moins - a été sifflée par le leader de la France insoumise à l'Assemblée nationale, en personne. "Nous avions un mécanisme de résistance sociale tel que le dur de la réforme libérale qui est passé sur l'Angleterre, l'Allemagne et même le Portugal, l'Espagne, l'Italie n'avait pas atteint la France (...) Monsieur Macron s'en est vanté dans son interview. Il a dit : 'J'y suis arrivé en cinq mois'. Bon, il y est arrivé, admet-il avant d'ajouter : pour l'instant, c'est lui qui a le point. Faut pas chercher à le cacher, parce que si on raconte des histoires, on n'est pas crédible". 

Face à ce réalisme, Jean-Luc Mélenchon ne s'avoue pas pour autant vaincu : "On peut espérer reprendre le point. Et c'est clair que si la jeunesse se met en mouvement, ça y est, c'est parti mais c'est pas le cas". Certains ont vu dans ces propos un coup de blues, mais pour les fidèles de l'ancien candidat à l'élection présidentielle, tout réside dans l'expression "pour l'instant".

"Pour l'instant..."

À l'antenne de Public Sénat le 30 octobre dernier, le député de la France insoumise Éric Coquerel nie tout "coup de mou". "On a fait un rassemblement le 23 septembre qui a bien marché - 150.000 personnes dans les rues de Paris -, mais ce que l'on constate pour le moment, c'est que ce soit du côté de la mobilisation sociale ou que ce soit du côté de la mobilisation de la jeunesse, effectivement on n'a pas la concrétisation de ce qu'on sent", reconnaît-il.  

L'historien Jean Garrigues explique à l'AFP que "Jean-Luc Mélenchon était resté sur l'impression très forte de la mobilisation contre la loi El Khomri et imaginait qu'il pourrait canaliser le même type de mobilisation en utilisant une dynamique similaire". "C'était oublier la lassitude des Français, la méthode Macron de division des syndicats, la façon dont il a surestimé sa propre capacité à mobiliser et la désaffection des Français pour le style Mélenchon basé sur l'occupation de l'espace public à coups d''outrances' et de provocations", poursuit-il.

À lire aussi

La France insoumise souhaite une "large action commune de tout le champ impliqué dans la lutte", politique compris, rappelle l'ancien candidat à l'élection présidentielle, mais, il est "clair que les confédérations CGT, FO et CFDT n'en veulent pas". La députée Clémentine Autain ajoute : "Je ne jette pas la pierre aux syndicats. C'est normal que chacun essaie de jouer sa partie. On a besoin de combativité et d'un front social et politique large et dynamique qui ait un effet d'entraînement".

Un retour par la rue et la jeunesse

Le député a revu à la baisse son objectif de rassembler un million de personnes sur les Champs-Élysées Il vise désormais une mobilisation de 500.000 personnes. Dans la Tribune de Genève, il indique : "Il faudrait une démonstration de force, en grand. J’ai parlé d’une manifestation sur les Champs-Élysées pour frapper l’imaginaire. Mais quand on vise les Champs-Élysées, il faut être au moins 500.000 pour les remplir. Si tout le monde se mettait d’accord là-dessus pour décembre, on pourrait y arriver !". Il précise aussi que "le temps de la séparation entre le mouvement politique et social est terminé (…) Si l’on maintient les syndicats d’un côté et l’action politique et associative de l’autre, quand les syndicats se divisent, il n’y a plus moyen d’arriver à rassembler les masses populaires".

Comme l'a noté Le Figaro, Jean-Luc Mélenchon appelle la jeunesse à se mobiliser, sur son blog. "La jeunesse du pays est très fortement impactée par le bouleversement en cours. Soit entrer dans la vie active aux conditions de travail dégradées du nouveau Code du travail et aux contrats 'chiffon de papier', soit la poursuite d'études vers un bac dont il est prévu qu'il ne soit plus la clé d'entrée universelle vers les formations supérieures".

S'opposer à Emmanuel Macron sur l'Europe

Jean-Luc Mélenchon essaye de trouver de nouveaux points d'opposition concernant Emmanuel Macron et sa politique. En ligne de mire : l'affaire des "Paradise Papiers". "Je pense que nous devons passer de l'indignation à l'action. Le président de la République et le Premier ministre doivent dire combien de temps ils comptent supporter le pillage qui est en cours de notre pays, soit par la fraude, soit par l'évasion. À quand la suppression du verrou de Bercy ? À quand l'impôt universel ? À quand l'interdiction pour les établissements bancaires d'exercer dans les paradis fiscaux ? À quand la création du délit d'incitation à la fraude fiscale et à l'évasion fiscale ? (...) À quand l'interdiction d'exercer un mandat social pour les dirigeants des sociétés qui ont exercé dans des paradis fiscaux ?".

Dans ses nouveaux combats, le député de la France insoumise "veut capitaliser toutes les oppositions pour les élections de 2019, notamment en multipliant les contacts avec les partis de gauche radicale européenne", analyse Le Figaro. Le directeur des campagnes électorales de la France insoumise indique au journal que "la ligne, c'est tranché. Il nous reste à déterminer le mot d'ordre, le slogan de cette campagne"

Stratégie confirmée par Jean-Luc Mélenchon dans Regards : "Nous travaillons à la matrice d'un nouveau groupe au Parlement européen". Manuel Bompard précise néanmoins que "la liste sera France insoumise. Point. Aucune alliance ne sera conclue, à moins qu'un nouveau courant naisse d'ici-là…".

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/