3 min de lecture Terrorisme

Magnanville : "Ça foisonne à droite pour éradiquer les terroristes", constate Alba Ventura

ÉDITO - Quelles mesures prendre pour éradiquer le terrorisme ? Comme d'habitude, ça s'écharpe à droite comme à gauche.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
Magnanville : "Ça foisonne à droite pour éradiquer les terroristes", constate Alba Ventura Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

La séance a été à la fois émouvante et tendue mardi 14 juin à l'Assemblée nationale après l'attaque terroriste contre un policier et sa compagne tués la veille au soir par un jihadiste à leur domicile de Magnanville, dans les Yvelines. La droite demande de nouvelles mesures. Manuel Valls répond qu'il faut rester calme et que l'État de droit est la meilleure réponse. Sur le principe, le Premier ministre a raison. Le droit, rien que le droit, tout le droit : c'est déjà ce qu'il disait après les attentats de novembre dernier. Mais cela n'interdit pas de se poser des questions.

Ce tueur n'est pas simplement quelqu'un qui s'est trompé de chemin. Il avait été condamné en 2013 pour participation à une filière djihadiste. Il avait aussi fait des déclarations par téléphone qui ne laissaient aucun doute sur ses objectifs sanglants. Les questions que tout le monde se pose, c'est d'abord pourquoi un potentiel terroriste est laissé en liberté ? Est-ce que l'on sait appréhender ces solitaires qui se radicalisent de plus en plus ? Est-ce qu'il ne faut pas plus largement punir ceux dont on sait qu'ils sont en relation avec une entreprise terroriste ?
Manuel Valls se pose bien sûr ces questions. Mais souvenez-vous qu'il est confronté à une majorité qui ne l'a pas suivi sur la déchéance de nationalité, qui ne le suit pas sur la loi Travail. Manuel Valls, même s'il est partisan de la plus grande fermeté, il ne veut pas (et ne peut même pas) faire de surenchère. C'est pour cela qu'il dit "Pas de Guantanamo en France, pas de peine de mort et pas de port d'arme autorisé".

Un sujet de la primaire à droite

La droite fait-elle de la surenchère ? Aux dernières nouvelles, la droite n'a pas demandé la peine de mort, ni un Guantanamo à la française et ni la vente d'armes. La droite est dans son rôle. D'abord parce qu'elle est dans l'opposition, et puis parce c'est aussi un sujet de la primaire. Chacun y va de son arsenal antiterroriste.

À lire aussi
Abdelkader Merah dans le box des accusés de la salle Voltaire accusé de complicité d'assassinats terroristes, le 20 octobre 2017 terrorisme
Abdelkader Merah condamné à 30 ans de prison en appel

Éric Ciotti, proche de Nicolas Sarkozy, revient à la charge sur les centres de rétention, destinés à enfermer des individus dangereux liés à la mouvance terroriste. C'est sans doute un débat qu'il va falloir rouvrir, mais cela va prendre du temps. On ne fait pas un centre de rétention en claquant des doigts. En décembre dernier, le Conseil d'État avait retoqué cette proposition parce que c'était juridiquement impossible.

François Fillon appelle, lui, à appliquer l'article 4 du Code pénal qui consiste à priver de liberté toutes personnes ayant des liens établis avec une organisation terroristes. C'est trente ans de détention maximum. C'est d'ailleurs aussi ce que propose Marine Le PenNicolas Sarkozy, lui, a simplement rappelé que "notre niveau de vigilance devait être adapté sans délai". Pour cela il aurait fallu ne pas supprimer 13.000 postes dans la police.

Tout n'est pas applicable

Jean-François Copé n'a pas manqué de ressortir ses propositions sur le réarmement de la France avec 50.000 policiers, magistrats et gardiens de prison en plus.Alain Juppé privilégie notamment la rétention administrative des Français qui reviennent de Syrie. Bruno Le Maire lui veut expulser tous les fichés S. Sauf que beaucoup sont français. Quant à Nathalie Kosciusko-Morizet, elle se prononçait pour la perpétuité réelle sans possibilité de sortie pour les terroristes.

On ne manque donc pas d'idées à droite pour tenter d'éradiquer les terroristes. Le danger serait bien évidemment de vouloir plaquer des solutions parce que l'on est dans un moment d'émotion, dans un événement tragique, sans savoir si tout cela est applicable. La droite cherche des solutions. Elle a raison de dire qu'il faut être plus dur, mieux surveiller ces individus, mieux les punir aussi. Mais dire "brûlez les tous, Dieu reconnaîtra les siens", on craint que ce ne soit pas possible.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Gouvernement Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783682264
Magnanville : "Ça foisonne à droite pour éradiquer les terroristes", constate Alba Ventura
Magnanville : "Ça foisonne à droite pour éradiquer les terroristes", constate Alba Ventura
ÉDITO - Quelles mesures prendre pour éradiquer le terrorisme ? Comme d'habitude, ça s'écharpe à droite comme à gauche.
https://www.rtl.fr/actu/politique/magnanville-a-foisonne-a-droite-pour-eradiquer-les-terroristes-constate-alba-ventura-7783682264
2016-06-15 08:53:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/7FJa_OOMxZZp4BHwHyOrDA/330v220-2/online/image/2016/0615/7783682728_des-policiers-patrouillant-a-paris-le-22-septembre-2012.jpg