1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Macron président : la presse américaine s'est passionnée pour le scrutin présidentiel
2 min de lecture

Macron président : la presse américaine s'est passionnée pour le scrutin présidentiel

L'élection du candidat d'"En Marche !" a été suivie de très près outre-Atlantique.

Emmanuel Macron à New York, le 24 juin 2015
Emmanuel Macron à New York, le 24 juin 2015
Crédit : SIPA / Archives
Macron président : la presse américaine s'est passionnée pour le scrutin présidentiel
03:29
Macron président : la presse américaine s'est passionnée pour le scrutin présidentiel
03:33
Philippe Corbé
Philippe Corbé
Animateur

Juste avant le second tour de la présidentielle, les équipes de CNN nous disaient que cela faisait très longtemps que les Américains n'avaient pas observé d'aussi près une campagne électorale à l'étranger. Après le Brexit et l'élection de Donald Trump, les Américains voulaient savoir si la vague populiste allait déferler sur la France. C'est pour cela qu'il ont beaucoup suivi Marine Le Pen, et finalement assez peu Emmanuel Macron.

Quelques heures avant le résultat, des invités de Fox News regrettaient la victoire annoncée de Macron. Newt Gingrich, qui est une des figures conservatrices du Parti républicain, qui a failli être choisi comme vice-président de Trump, disait même "voter Macron, c'est voter pour le déclin". Pourquoi ? Parce que le Président Macron, avec le premier ministre canadien Trudeau et la chancelière allemande Merkel, vont probablement porter maintenant les valeurs occidentales de démocratie libérale qu'incarnait jusque-là Barack Obama, et contre lesquelles Trump a été élu. C’est pour cela que l'ancien président s'est engagé publiquement pour Emmanuel Macron.

Macron s'est inspiré de la campagne d'Obama

Comme l'écrit Ben Rhodes, qui était l'un des principaux conseillers d'Obama à la Maison Blanche, "la victoire de Macron porte un coup au nationalisme d'extrême droite, et c'est un signe que la vague Brexit-Trump s'est cassée en Occident". Il souligne d'ailleurs à quel point Macron s'est inspiré de la campagne d'Obama de 2008 : un mouvement contre l'establishment, mais progressiste.

Donald Trump a été rapide pour saluer son nouveau collègue, dimanche 7 mai. Depuis l'un de ses golfs dans le New Jersey, il a posté un tweet assez neutre : "Félicitations à Emmanuel Macron pour son big win, sa large victoire comme président de la France. Je suis très impatient de travailler avec lui".

À lire aussi

Autre tweet d'Hillary Clinton, cette fois : "Une victoire pour Macron, pour la France, l'Union européenne et le monde. Une défaite pour ceux qui interfèrent avec la démocratie", poursuit-elle en référence au piratage, probablement par les Russes, dont a été victime Emmanuel Macron, et dont la candidate démocrate a aussi été victime pendant la campagne aux États-Unis.

Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, qui pourrait être candidat démocrate contre Trump en 2020, a posté une photo de la statue de la Liberté, cadeau de la France, en écrivant : "Peuple de France, ce soir, elle brille pour vous".

Macron en direct sur toutes les chaînes

La presse aussi a suivi ces résultats. Lorsque le Président Macron a marché seul dans la cour du Louvre pour rejoindre la Pyramide, il était en direct sur toutes les chaînes ici. Son discours a été retransmis et traduit.

La presse américaine émet l'hypothèse que l'élection de Trump et les premiers mois chaotiques de sa présidence ont plutôt joué en défaveur de Marine Le Pen.

Nous ne résistons pas au plaisir de vous citer le titre d'une chronique humoristique d'un magazine très sérieux qui s'appelle le New Yorker"Les Français conservent le droit agaçant de se prévaloir d'une supériorité intellectuelle sur les Américains".

La rédaction vous recommande
La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/