2 min de lecture Parti socialiste

Macron : Jean-Christophe Cambadélis partage le "ras-le-bol" de Martine Aubry

Pour le patron du PS, certains membres du gouvernement, à l'instar de la maire de Lille, n'ont pas apprécié les récentes déclarations du ministre de l'Économie.

Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, le 5 juin 2015.
Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, le 5 juin 2015. Crédit : GUILLAUME SOUVANT / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Martine Aubry n'est sûrement pas la seule à gauche à en avoir "ras-le-bol" du ministre de l'Économie. Jean-Christophe Cambadélis lui-même : "imagine mal après les déclarations d'Emmanuel Macron sur les 35 heures et les fonctionnaires tresser des couronnes, d'autant que le président et le Premier ministre ont recadré ses propos" explique le premier secrétaire du PS dans une interview au site MY-TF1.

Mercredi lors de sa conférence de rentrée, la maire de Lille avait décrété ne plus supporter "l'arrogance" et l'ignorance de l'ancien fonctionnaire passé banquier d'affaires puis ministre de l'Économie. Une attaque en règle qu'Emmanuel Macron avait balayé d'un "les petites polémiques ne m'intéressent pas" lors d'une visite à Londres. François Hollande lui-même avait répondu à propos de cette affaire que "parfois le silence est d'or".

En plus de partager son avis, Jean-Christophe Cambadélis a défendu Martine Aubry, qui selon lui "ne demande pas la démission du ministre mais la maîtrise du propos". "La formule était raide mais je la crois partagée, y compris dans l'exécutif", a ajouté le député de Paris, qui appelle désormais au rassemblement et à tourner la page.

La gauche appelé à "modifier son attitude" pour satisfaire les électeurs

Par ailleurs, interrogé sur le référendum qu'il va organiser les 16, 17 et 18 octobre, il précise que sur l'organisation, "tout sera clair et transparent". "Chacun donnera son nom, son prénom, son adresse et son adresse mail, et cela permettra de contrôler le résultat".

À lire aussi
Anne Hidalgo, maire de Paris, le 27 août à Paris Présidentielle 2022
Présidentielle 2022 : l'option Hidalgo attentivement suivie par Macron ?

Alors que les responsables d'EELV, du Parti de gauche ou encore du Parti communiste français ont rejeté cette initiative, le patron du PS répond : "la combinaison de ce vote dans toute la France et les sondages récemment publiés sur l'unité aura des conséquences, quoi que pensent les appareils et les appareillons. Les électeurs seront en droit d'attendre qu'il y ait une modification des attitudes. Il n'est jamais trop tard".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants