1 min de lecture Santé

Lunettes, audio, dentaire remboursés à 100% : "Il n'y a aucun renoncement"

INVITÉ RTL - Le député REM Olivier Véran a expliqué que la majorité "irait au bout" sur le reste à charge zéro.

L'Invité de RTL Soir
Lunettes, audio, dentaires remboursés à 100% : "Il n'y a aucun renoncement"
Crédit Média : Vincent Parizot Crédit Image : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

La promesse d'Emmanuel Macron de prendre en charge à 100% à l'horizon 2022 les soins audio, des lunettes et des prothèses dentaires a-t-elle du plomb dans l'aile ? Dans une interview à nos confrères de Viva Magazine mardi 31 octobre, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé que le zéro reste à charge ne concernerait que certaines offres regroupées dans ce qu'elle appelle "un panier standard"

Invité de RTL, Olivier Véran, député La République En Marche de l'Isère, estime qu'il n'y a "rien de nouveau". "Il n'y a aucun renoncement là-dessus, on ira au bout", promet-il. "Quand le candidat Macron s'est exprimé, il a plusieurs fois expliqué que les Françaises et les Français puissent avoir accès à des soins prothétiques, auditifs, optiques et dentaires sans reste à charge. On sait que les raisons financières sont la première cause de renoncement aux soins."

Conseiller santé du candidat Macron pendant la campagne présidentielle, le médecin hospitalier ajoute qu'il ne s'agit pas "de payer les montures dernier cri (mais de) payer des verres de qualité, c'est-à-dire qu'il ne faut pas prendre en charge les verres à double foyer mais bien des verres progressifs."

Comment prendre en charge une somme de 2.000 euros en moyenne pour chaque patient (4,5 milliards de reste à charge chaque année) le tout sans augmenter le prix des mutuelles ? "Le premier travail, c'est de travailler avec les complémentaires santé de façon à établir des niveaux de contrats types de prise en charge", explique le rapporteur général de la commission des Affaires sociales, chargé du budget de la Sécurité sociale. "Bien sûr qu'il faut faire jouer la concurrence entre les mutuelles. Cette mise en concurrence va permettre de baisser les prix, et de réduire une partie importante du reste à charge."

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés