1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. LR : la lettre accusatrice de Florence Portelli et Maël de Calan à Laurent Wauquiez
2 min de lecture

LR : la lettre accusatrice de Florence Portelli et Maël de Calan à Laurent Wauquiez

Info RTL CONFIDENTIELS RTL - Dans un courrier, que RTL s'est procuré, les deux adversaires de Laurent Wauquiez à la récente élection à la tête des Républicains, dénoncent leur sous-représentation dans les instances du parti.

Les Républicains Florence Portelli et Maël de Calan, le 25 janvier 2018 à Paris
Les Républicains Florence Portelli et Maël de Calan, le 25 janvier 2018 à Paris
Crédit : AFP / Christophe Simon
Richard Ferrand, le patron des députés REM, de nouveau critiqué en interne - Les confidentiels RTL
00:03:11
Richard Ferrand, le patron des députés REM, de nouveau critiqué en interne
00:03:08
Pauline De Saint-Rémy & Loïc Farge

Florence Portelli et Maël de Calan ont tenu une conférence de presse commune, ce jeudi 25 janvier matin à Paris. Concurrents malheureux de l'élection interne à la tête des Républicains, ils reprochent à Laurent Wauquiez d'accorder une trop faible représentation de leurs proches au sein des instances en cours de renouvellement, le bureau politique comme la commission nationale d'investiture confiée au député Eric Ciotti.

Dans une lettre au nouveau patron du parti (que RTL s'est procurée), il l'accusent de "bafouer les principes élémentaires de démocratie interne" aux Républicains et de vouloir "marginaliser (leurs) idées".

LR : la lettre de Florence Portelli et Maël de Calan à Laurent Wauquiez by FARGE on Scribd

"Tu nous as proposé une représentation au Bureau politique inférieure de moitié à ce qui devait ressortir du scrutin de décembre (10 représentants sur 80, sans compter les membres de droit que tu nommes pour la plupart d'entre eux)", écrivent Florence Portelli (16,11%) et Maël de Calan (9,25%) dans une lettre adressée au président de LR.

"Cette proposition nous semble absolument inacceptable", poursuivent-il, avant de demander solennellement à Laurent Wauquiez de "reconsidérer (sa) position" qu'ils jugent "de nature à mettre en danger l'unité de notre famille politique".

À lire aussi

Ils concluent : "Le premier acte de ta présidence ne peut pas être un acte de division, fondé sur le pur rapport de force et le non respect de la parole donnée".


Faute d'obtenir satisfaction, "on s'exprimera en dehors des instances", prévient Maël de Calan qui a dénoncé devant la presse un "vrai signal d'exclusion". "On aimerait que Laurent Waquiez nous explique ce soir à l'Émission politique sa volonté de rassemblement", a-t-il ironisé.

La rédaction vous recommande

Les deux candidats malheureux espéraient obtenir une représentation des leurs dans cette instance (qui est l'équivalent du gouvernement du parti), tout comme à la Commission nationale d'investiture (qui équivaut, quant à elle, à une sorte de parlement), dans les proportions exactes de leurs scores respectifs à l'élection, soit à hauteur de 9 et 16% des voix.

Une réclamation à laquelle Laurent Wauquiez a assumé en début de semaine de ne pas céder. Celui-ci n'a pas encore dévoilé la composition du futur bureau politique du parti qui doit être soumis à l'approbation du conseil national du parti ce week-end à Paris.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/