1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Loi Travail : un rassemblement statique : bonne ou mauvaise alternative ?
2 min de lecture

Loi Travail : un rassemblement statique : bonne ou mauvaise alternative ?

REPLAY - Le gouvernement demande aux syndicats d'organiser un rassemblement statique et non pas un défilé, jeudi 23 juin.

La CGT manifeste contre la loi Travail, le 14 juin 2016 à Paris
La CGT manifeste contre la loi Travail, le 14 juin 2016 à Paris
Loi Travail : un rassemblement statique : bonne ou mauvaise alternative ?
31:02

Un nouvel épisode dans le bras de fer entre la CGT et le gouvernement à trois jours de la manifestation contre la loi Travail. Les syndicats veulent défiler de Bastille à Nation. Le ministère de l'Intérieur et la préfecture de police de Paris préfèrent un rassemblement statique. Si un accord n'est pas trouvé, les autorités préviennent qu'ils seront dans l'obligation d'interdire la manifestation. "Même pas peur" répondent les syndicats. Plus tôt sur RTL, le secrétaire général du syndicat Synergie officiers, Patrice Ribeiro nous disait qu'il était inquiet. Alors ce rassemblement statique bonne ou mauvaise alternative ?

Un rassemblement statique, "un concept surprenant" pour Nicolas Domenach, qui affirme ne jamais avoir rien vu de tel. "Ça ne peut pas être une restriction imposée, il faut qu'ils se mettent à une table et qu'ils trouvent autre chose", affirme Nicolas Domenach, qui estime que le gouvernement, tout comme les syndicats sont dans l'impasse. Pour Yves Thréard, "la CGT se rend de plus en plus impopulaire et le gouvernement ne peut pas mettre fin à ce mouvement tant qu'il n'aura pas accédé aux demandes, de la CGT, sur le fond de la loi". Yves Thréard précise que l'interdiction d'une manifestation syndicale n'a pas eu lieu depuis des années et des années, ce qui rend difficile la tâche du gouvernement.

Rokhaya Diallo, regrette que le gouvernement ne laisse pas vraiment le choix, en agitant la peur d'une interdiction de manifester. "On est dans l'antithèse de tout ce qui pourrait ressembler à de la négociation". Philippe Bailly de son côté remarque que la France a la capacité de "créer des débats surréalistes". "Il y a un droit à manifester, je ne crois pas qu'il y ait un droit à marcher pour manifester", souligne-t-il.

On refait le monde avec :
Nicolas Domenach, chroniqueur sur RTL
Yves Thréard, directeur adjoint de la rédaction du Figaro
Philippe Bailly, conseiller en communication
Rokhaya Diallo, membre du mouvement européen contre le racisme

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/