1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Bruno Le Maire réclame l'instauration d'un service minimum dans le secteur de l'énergie
2 min de lecture

Bruno Le Maire réclame l'instauration d'un service minimum dans le secteur de l'énergie

REPLAY - INVITÉ RTL - Le candidat à la primaire de la droite détaille comment il aurait géré la situation de blocage actuelle.

Bruno Le Maire, invité de RTL le 26 mai 2016
Bruno Le Maire, invité de RTL le 26 mai 2016
Crédit : Caroline Brenière / RTL.fr
Loi Travail : "Tout est fait en dépit du bon sens", regrette Bruno Le Maire
00:08:46
Loi Travail : "Tout est fait en dépit du bon sens", regrette Bruno Le Maire
00:09:06
James Abbott
James Abbott

Bruno Le Maire s'est mis dans la peau d'un président de la République ce jeudi 26 mai sur RTL. Il a dévoilé comment il aurait géré la crise actuelle et la situation de blocage dans la quelle se trouve la France dans le cadre de la mobilisation contre la loi Travail. Blocage de raffineries, volonté de cesser la production d'électricité dans les centrales nucléaires, autoroutes coupées... La CGT a durci le mouvement ces derniers jours et le candidat à la primaire de la droite et du centre en vue de l'élection présidentielle 2017 n'aurait pas géré la situation de la même manière que François Hollande, qui n'avait "pas le mandat pour faire passer ce texte", selon lui.

"J'essaye de m'y prendre autrement, confirme-t-il. Tout est fait en dépit du bon sens. (...) (Le gouvernement), au bout du compte, a un conflit et un texte mauvais." Il explique comment il aurait fait s'il était élu en 2017. "Je ne négocie pas avec les syndicats, pas avec la CGT, en début de mandat, car il n'y a rien a négocier. La seule chose qu'il y a faire c'est de mettre en oeuvre les propositions qu'une majorité a voté."

Je propose de mettre en place à partir de 2017 un service minimum dans le secteur de l'énergie

Bruno Le Maire

Bruno Le Maire, charge ainsi sévèrement la CGT qui "bloque le pays", et regrette ce qu'il qualifie de "dictature des minorités". Il vante plutôt les mérites de la CFDT. "Je ne vois pas la CFDT casser dans la rue, je ne vois pas la CFDT publier des tracts contre les CRS. Je préfère l'attitude responsable de la CFDT à l'attitude irresponsable et menaçante de la CGT". Par ailleurs, il estime qu'il faut interdire en amont les manifestations "si on ne peut pas garantir la paix publique".

Il avance trois propositions pour régler ce genre de conflits : débloquer les voies d'accès aux raffineries, réaliser des réquisitions pour assurer un service minimum dans les transports, et instaurer en 2017 un service minimum pour le secteur de l'énergie. Cette dernière mesure visant à "garantir que jamais le pays ne puisse être bloqué par un manque d'énergie, un manque de pétrole, un manque d'essence, un manque d'électricité."

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire