1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Loi Travail : "Le gouvernement est en train de casser la tirelire pour le 'Noël des petits'", décrypte Alba Ventura

Loi Travail : "Le gouvernement est en train de casser la tirelire pour le 'Noël des petits'", décrypte Alba Ventura

REPLAY - REPLAY / ÉDITO - Le gouvernement va-t-il lâcher du lest pour obtenir la paix sociale avec les jeunes, toujours mobilisés contre le projet de loi El Khomri ?

La jeunesse étudiante et lycéenne a défilé en nombre le 9 mars 2016, ici à Nantes
La jeunesse étudiante et lycéenne a défilé en nombre le 9 mars 2016, ici à Nantes
Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Loi Travail : "Le gouvernement est en train de casser la tirelire pour le 'Noël des petits'", décrypte Alba Ventura
02:35
Loi Travail : "Le gouvernement est en train de casser la tirelire pour le 'Noël des petits'", décrypte Alba Ventura
02:40
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura
Animateur

Les jeunes maintiennent la pression pour la prochaine manifestation qui aura lieu le 9 avril. Mercredi (6 avril), trois ministres ont reçu une nouvelle fois les syndicats, dont l'Unef, qui réclament une série de mesures. Vont-ils obtenir gain de cause ? En tout cas, on voit bien que le gouvernement est en train de casser la tirelire pour le "Noël des petits". Il avait déjà dit "d'accord" pour l'extension de la garantie jeune. Ce n'est pas suffisant pour l'Unef, qui réclame une surtaxation des CDD, le versement des bourses entre la fin du diplôme et le premier emploi, une hausse de la rémunération des apprentis, et on en passe.

Tout ne sera pas accepté, mais ça devient quand même possible. Parce que l'urgence c'est que ce mouvement prenne fin, surtout à un an de la présidentielle. Vous vous souvenez de "petit papa Lionel" ? C'était Lionel Jospin. Lui aussi en décembre 2001, quelques mois avant la présidentielle, sa hotte était bien garnie. Il y en avait pour l'hôpital, pour les cliniques privées, pour les gendarmes, pour la police, etc. C'est un grand classique de dénouer les cordons de la  bourse quand ça grogne. Et au diable ce déficit de 77 milliards ! L'urgence c'est la paix sociale.

Le risque, c'est de laisser penser que tous les guichets sont ouverts

Alba Ventura

Du clientélisme ? Évidemment ! C'est comme lorsqu'on dégèle le point d'indice des fonctionnaires pour ne pas qu'ils descendent dans la rue. C'est comme lorsqu'on promet aux taxis de racheter leurs licences pour ne pas qu'ils bloquent les routes. C'est comme lorsqu'on donne une rallonge aux intermittents pour ne pas qu'ils perturbent les festivals. Le risque, avec cette manière de faire, c'est de laisser penser que tous les guichets sont ouverts. Bienvenue à tous !

L'Unef, ce syndicat d'étudiants qui est loin de représenter tous les étudiants et qui a été formé par les mêmes socialistes que l'on retrouve au gouvernement aujourd'hui, a bien compris qu'il y avait une aubaine. Surtout quand on entend la ministre de l'Éducation nationale découvrir mercredi matin qu'il y a "une urgence sociale pour les jeunes". Tout ce que le président Hollande avait promis à la jeunesse, c’est-à-dire d'en faire sa priorité, il est en train de l'improviser à la fin de son quinquennat. Ce n'est pas un bon message.

À lire aussi

D'ailleurs, aucun de ces jeunes ne lui dira "merci", parce qu'ils auront l'impression de l'avoir fait céder. La bonne politique c'est celle qui est volontaire, pas celle que l'on fait quand on a le couteau sous la gorge.

Le carnet du jour

À peine arrivé à la tête de la Justice, Jean-Jacques Urvoas a tiré la sonnette d'alarme pour attirer l'attention sur son ministère qu'il qualifie de "sinistré". Il est prêt d'ailleurs à ouvrir toutes les portes des tribunaux à la presse pour montrer l'état de misère de la Justice française. Il se plaint de ne pas pouvoir disposer entièrement de son budget. Malgré tout, le garde des Sceaux ne manque pas d'humour. "J'aimerais que les crédits que j'ai votés en tant que député puissent être utilisés par le ministre que je suis devenu", dit-il. Il n'a pas tort.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/