1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Loi Travail : "L'affrontement entre Martinez et Hollande ressemble à un suicide en direct de la gauche", dénonce Alain Duhamel
1 min de lecture

Loi Travail : "L'affrontement entre Martinez et Hollande ressemble à un suicide en direct de la gauche", dénonce Alain Duhamel

ÉDITO - Alain Duhamel estime que le sort de la loi El Khomri dépend aussi des acteurs secondaires que sont les syndicats.

Alain Duhamel
Alain Duhamel
Crédit : Damien Rigondeaud
Loi Travail : "L'affrontement sans merci entre Martinez et Hollande ressemble beaucoup à un suicide en direct de la gauche", dénonce Alain Duhamel
02:45
Alain Duhamel

Manuel Valls ne retirera pas le fameux article 2 de la loi El Khomri, même s'il se dit prêt à effectuer des retouches. Le Premier ministre campe sur sa ligne de fermeté, mais peut-il l'imposer ? "Il faudrait plusieurs conditions pour cela", juge Alain Duhamel. "La première, c'est que lui-même, se montre non seulement ferme, mais également habile dans l'expression. La deuxième, c'est que François Hollande, reste, jusqu'au bout, solidaire avec lui. La troisième, c'est de savoir, s'il va y avoir ou non, des incidents qui dégénèrent. La quatrième, c'est de savoir si la mobilisation se poursuit", détaille le journaliste. 

Si Manuel Valls était contraint de retirer ce projet de loi, "une crise politique" aurait lieu. "Soit une crise grave, soit une crise très grave". Une situation déterminée par la raison de ce retrait. Soit une demande émanant du président de la République, ce qui obligerait François Hollande à démissionner. L'autre hypothèse, ce serait une motion de censure. Et dans ce cas, ce serait "une crise très grave parce que ça veut dire, dissolution ,victoire de la droite, et il n'est même pas sûr que la droite accepte de gouverner avec le président", explique Alain Duhamel.

Ce serait donc Manuel Valls qui serait contrait de démissionner. Tout dépend donc du renforcement ou de l'affaiblissement de la mobilisation et des acteurs secondaires, que sont, le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly et de la CFDT, Laurent Berger. "Derrière ça, ce qu'on voit, c'est que dans le duel personnel entre François Hollande et Philippe Martinez qui existe aujourd'hui, c'est la gauche qui est en train de se suicider en public", conclut Alain Duhamel.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/