1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Loi Travail : "Il manque près de 40 voix pour obtenir une majorité et voter la loi", selon le député PS Christophe Sirugue

Loi Travail : "Il manque près de 40 voix pour obtenir une majorité et voter la loi", selon le député PS Christophe Sirugue

REPLAY - Rapporteur de la loi à l'Assemblée nationale, Christophe Sirugue doit encore convaincre le camp de la majorité.

Le députe PS Christophe Sirugue à l'Assemblée nationale.
Le députe PS Christophe Sirugue à l'Assemblée nationale.
Crédit : WITT/SIPA
L'Élysée s'inquiète pour le vote de la loi Travail
01:40
Michael Ducousso
Journaliste

Le vote de la Loi Travail se jouerait à 40 voix socialistes à l'Assemblée nationale. Telles sont les estimations du député PS Christophe Sirugue, rapporteur de la loi. Malgré les 4.983 amendements déposés pour modifier la copie initiale de Myriam El Khomri, le projet de réforme du droit du Travail peine toujours à convaincre dans la majorité.

La vingtaine de Frondeurs - qui "ne votent plus les textes du gouvernement" - seraient donc opposés à la mesure, tout comme plusieurs dizaines d'élus socialistes, des "opposants de bonne foi", comme les nomme Christophe Sirugue, dans les colonnes du Parisien. Ceux-là craignent les dérives permises par de nombreux points de la loi, comme "le périmètre des licenciements et le risque inhérent aux accords d'entreprises". Selon le rapporteur du texte, "à défaut d'une clarification ou d'une modification du texte, ces derniers pourraient soit être sur un vote négatif soit rejoindre le camp des abstentionnistes." Au total, il manquerait "près de 40 voix pour obtenir une majorité et voter la loi".
À en croire Christophe Sirugue, à l'Assemblée, comme dans la rue, la loi Travail est très mal perçue par la Gauche. La crainte principale porte sur les licenciements. Un argument réfuté par le député : "Avoir laissé dire dès le début que cette loi allait faciliter les licenciements, c'est l'erreur, le péché originel", assure-t-il. "Cela fait partie des éléments qu'il va falloir que je continue à expliquer dans le détail" et qui nourriront le débat qui commence ce mardi 3 mai dans l'hémicycle.

L'exécutif craint le vote des frondeurs

À l'Élysée et à Matignon, la nouvelle inquiète. Aucune des deux têtes de l'exécutif n'est en mesure de faire un décompte précis des pro et anti-loi Travail. Un proche de François Hollande reconnaît d'ailleurs être dans le brouillard complet, à l'instar d'un conseiller de Manuel Valls qui se garde de tout pronostic. L'exécutif craint en fait une chose : les arrières pensées des députés frondeurs, qu'ils trouvent dans ce dernier texte phare du quinquennat l'occasion de s'affranchir définitivement, de faire bande à part pour affaiblir François Hollande et préparer la suite.

Les frondeurs pourraient ainsi rejoindre les députés communistes et le Front de gauche qui sont vent debout contre le texte. Ces derniers sont d'ailleurs à l'origine d'une grande partie des 4.983 amendements déposés pour leur barrer la route. Le Parti socialiste fait donc chauffer les téléphones : les parlementaires favorables à la loi sont prisés d'être présents dans l'hémicycle.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/