6 min de lecture Loi Travail

Loi Travail : Philippe Martinez peut-il sortir du conflit sans trop écorner l'image de la CGT ?

INTERVIEW - Alors que le gouvernement martèle qu'il n'apportera plus aucune modification au texte de la loi El Khomri, comment la Centrale peut-elle rebondir ?

Philippe Martinez le 26 mai 2016 à Paris
Philippe Martinez le 26 mai 2016 à Paris Crédit : Francois Mori/AP/SIPA
109127536140888961261
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

La Centrale est-elle à la croisée des chemins ? Face à un gouvernement qui ne plie pas et envisage d'adopter la loi Travail coûte que coûte avec une nouvelle utilisation de l'article 49.3 s'il le faut, la CGT s'entête et poursuit sa mobilisation. Les 23 et 28 juin prochains, elle et six autres syndicats organisateurs maintiennent leur appel à manifester. En parallèle, le gouvernement lui met des bâtons dans les roues. Il a affiché sa volonté d'interdire les deux rassemblements pour éviter les débordements qui ont notamment eu lieu à Paris, Nantes et Rennes, avant de faire finalement marche arrière et d'autoriser à contrecœur ces défilés sur un parcours réduit.

Depuis le 9 mars, date à laquelle le texte devait être présenté en Conseil des ministres, la mobilisation a pris des allures diverses : lancement d'une pétition au nombre de signatures record par la féministe de gauche Caroline de Haas en février, création fin mars du mouvement Nuit Debout, qui prône un changement de système, à l'issue d'une grande manifestation le 31 mars, ou encore la tentative ratée d'un dépôt de motion de censure des frondeurs socialistes en mai...

Après plus de trois mois de lutte dont l'un des épisodes les plus marquants aura été le blocage des raffineries provoquant une pénurie d'essence par endroit, les Français, pourtant largement défavorables au texte, semblent se résigner. Dans ce contexte, comment Philippe Martinez, contesté dans son propre camp, peut-il sortir de cette crise sans être décrédibilisé ni écorner davantage l'image de la CGT ?

À lire aussi
Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, à Montreuil le 25 mai 2018. Chômage
Pourquoi les permittents sont menacés par la loi "Avenir professionnel" ?

Maintenir la pression jusqu'au 5 juillet

Philippe Martinez ne change pas son fusil d'épaule et multiplie les appels à manifester. Au-delà des rassemblements prévus les 23 et 28 juin, le leader syndical appelle à se mobiliser cet été. Pour lui, c'est au gouvernement de montrer "des signes d'une volonté de sortie de crise". Avant de rappeler qu'aucune discussion avec l'exécutif n'a eu lieu en quatre mois. La rencontre avec Myriam El Khomri vendredi 17 juin n'a pas fait oublier au leader de la Centrale les longs mois durant lesquelles il a été exclu des négociations. N'est-ce pas une stratégie qui mènera le syndicat dans le mur ?

Joint par RTL.fr, Guy Groux, chercheur associé au Cevipof (Centre de recherche politique de Sciences Po) et spécialiste des syndicats, pense que l'on assiste à "une période transitoire". "Depuis son avènement à la tête de la CGT, Philippe Martinez adopte une position contestataire très forte, différente de ce que pouvait faire Bernard Thibault (secrétaire général de la CGT de 1999 à 2013, ndlr). Il espère maintenir la pression au niveau de la mobilisation jusqu’au 4-5 juillet, ce qui est loin d’être évident."

Faire oublier la succession ratée de Thibault et l'affaire Lepaon

En effet, tout le monde n'est pas sur la même ligne à la CGT. "Après le vote de la loi El Khomri, la CGT risque d’avoir en son sein des problèmes avec sa base militante, explique Guy Groux. Après le Congrès de Marseille (51e Congrès de la CGT qui s'est tenu en avril dernier, ndlr), on a vu que la gauche de la gauche représentait un quart à un tiers des militants. Il y a eu une politique activiste, volontariste pour faire oublier la succession ratée de Bernard Thibault et l’affaire Thierry Lepaon (qui aurait notamment réalisé des travaux d'aménagement d'un montant supérieur à 100.000 euros dans son appartement de fonction, ndlr).

On peut toutefois penser que cette stratégie était anticipée par la Centrale. En effet, 471.950 euros ont été collectés par la CGT pour aider les manifestants dont les jours de grève sont décomptés du salaire. Cette caisse a été lancée il y a tout juste un mois, à l'initiative notamment des anciens de Goodyear à Amiens. Leur délégué CGT, Michael Wamen est à moitié surpris, au micro de RTL : "On va atteindre les 500.000 euros d’ici la fin de semaine, c’est une première en France."

La CGT prépare le lendemain de la présidentielle de 2017

Guy Groux, chercheur associé au Cevipof
Partager la citation

Le gouvernement martèle qu'il n'apportera plus aucune annotation ou correction à sa loi Travail. Que peut donc espérer la CGT en manifestant ? Selon le chercheur, "la CGT joue certes contre la loi El Khomri. Mais elle prépare aussi le terrain du lendemain de la présidentielle de 2017, où elle compte se refaire une santé, surtout en cas d’arrivée de la droite au pouvoir." 

Guy Groux note toutefois qu'à "l’époque de Bernard Thibault, la CGT était reçue par Nicolas Sarkozy. Il réussissait à placer les idées du syndicat au cœur du jeu social : je pense notamment à la proposition de sécurité sociale professionnelle. Quand la CGT demande aujourd'hui un abaissement de la durée du temps de travail à 32 heures, elle ne concourt pas à rester au centre de ce jeu social." La CGT devrait donc faire entendre sa voix bien après l'adoption de la loi Travail. Être dans la proposition plutôt que dans la pure contestation pourrait lui permettre de rebondir et de peser en période post-présidentielle.

Quel avenir pour Philippe Martinez ?

Comme c'est régulièrement le cas en sport quand une équipe n'atteint pas les objectifs fixés lors d'une grande compétition, Philippe Martinez, dont les méthodes ne font pas l'unanimité en interne, pourra-t-il poursuivre à la tête de la CGT en cas d'échec de sa stratégie ? Pour Guy Groux, il est clair que "la transformation du projet de loi en texte de loi qui se profile représente un échec pour l’action syndicale en place depuis 4-5 mois. Les syndicats demandaient au départ le retrait intégral du projet de loi. Au final, l’article 2, qui concentre bien des protestations, va être adopté. Toutefois, je ne crois pas que Philippe Martinez quittera sa fonction de secrétaire général. Historiquement, il y a un fort légitimisme au sein des militants. Même en période de profond malaise..."

La CGT bientôt dépassée par la CFDT dans les entreprises ?

Est-on arrivé à un tournant dans l'histoire de la CGT ? Aux élections professionnelles nationales de 2013, année de publication du dernier décompte officiel du ministère du Travail, la CGT représentait 26,7% des salariés syndiqués qui sont autour de 8% en France (soit 1,9 à 2 millions en moyenne sur 23 millions de salariés). Elle était de très peu le premier syndicat de France avec 39.000 voix d'avance sur la CFDT (26%). Force Ouvrière arrivait, quant à elle, plus loin avec 14,9%. La CGT redoute la publication des nouveaux chiffres. "On le verra en mars 2017 avec les résultats des nouvelles élections mais la CGT pourrait se faire dépasser par la CFDT", confirme Guy Groux.

À elle seule, la Centrale comptait 694.857 militants en 2012 d'après Le Figaro. Un chiffre qui approcherait les 688.000 militants aujourd'hui, selon 20 Minutes. "Alors que la CFDT culmine à 800.000 adhérents." Loin des 3 millions de militants de 1936...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Loi Travail Manifestations Cgt
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783773513
Loi Travail : Philippe Martinez peut-il sortir du conflit sans trop écorner l'image de la CGT ?
Loi Travail : Philippe Martinez peut-il sortir du conflit sans trop écorner l'image de la CGT ?
INTERVIEW - Alors que le gouvernement martèle qu'il n'apportera plus aucune modification au texte de la loi El Khomri, comment la Centrale peut-elle rebondir ?
https://www.rtl.fr/actu/politique/loi-travail-comment-philippe-martinez-peut-il-sortir-du-conflit-sans-trop-ecorner-l-image-de-la-cgt-7783773513
2016-06-23 07:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/L84Oi7ymhQefrx1ObyBZlg/330v220-2/online/image/2016/0610/7783605698_philippe-martinez-le-26-mai-2016-a-paris.jpg