1 min de lecture Nicolas Sarkozy

Loi Taubira, réforme territoriale, rythmes scolaires... Sarkozy veut revenir en 2012

DÉCRYPTAGE - En campagne pour la présidence de l'UMP, l'ancien président de la République promet de revenir sur plusieurs réformes majeures du quinquennat de François Hollande.

Nicolas Sarkozy et François Hollande, le 15 mai 2012.
Nicolas Sarkozy et François Hollande, le 15 mai 2012. Crédit : AFP
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière
Journaliste RTL

"L'école primaire a vocation à apprendre à lire, écrire, compter, pas à faire faire de la poterie avec des animateurs payés au lance-pierre." En meeting à Mulhouse mercredi 19 novembre, Nicolas Sarkozy a été très clair : si l'UMP, dont il sera probablement le prochain président, revient au pouvoir en 2017, il reviendra sur la réforme des rythmes scolaires.

Depuis son retour dans l'arène politique en septembre dernier, l'ancien chef de l'État a déjà fait savoir qu'il souhaitait détricoter un certains nombre de lois entrées en vigueur depuis 2012. 

Défaire ce qu'a fait Hollande

C'est notamment le cas de la loi Taubira sur le mariage et l'adoption des personnes de même sexe. Nicolas Sarkozy s'est prononcé en faveur d'une abrogation le 16 novembre, lors d'un discours devant les militants de Sens commun, une association qui fait le pont entre la Manif pour tous et l'UMP.

Autre grand chantier de François Hollande que l'ex-Président veut détricoter : la réforme territoriale. Alors que l'Assemblée nationale a définitivement adopté la nouvelle carte à 13 régions, l'ancien locataire de l'Élysée a déclaré qu'il "conteste" le redécoupage.

À lire aussi
Laurent Gerra Pascal Praud
La chronique de Laurent Gerra du 26 novembre 2019

Sur le plan économique, Nicolas Sarkozy souhaite remettre à l'ordre du jour la défiscalisation des 35 heures qu'il avait mis en place très tôt dans son quinquennat, symbole pour lui du "travailler plus pour gagner plus", son slogan de 2007. 

Il souhaite également revenir sur la retraite à 60 ans, rétablir le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite et fixer à 50% le plafond maximum du PIB consacré à la dépense publique.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nicolas Sarkozy François Hollande Présidence UMP
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants