3 min de lecture Manuel Valls

Loi El Khomri : comment Manuel Valls continue d'imposer sa ligne

DÉCRYPTAGE - Le Premier ministre profite des débats sur la réforme du code du travail pour faire, de nouveau, preuve d'autorité et de fermeté.

RTL Midi -  Christelle Rebière RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Loi El Khomri : comment Manuel Valls continue d'imposer sa ligne Crédit Image : RTL / Frédéric Bukajlo / SIPA PRESS | Crédit Média : Benjamin Sportouch / RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Julien Absalon
Julien Absalon
et Benjamin Sportouch

"J'irai jusqu'au bout". La phrase est laconique et ferme. Malgré les critiques qui fusent de toutes parts, que ce soit dans les rangs de la majorité, de l'opposition, des syndicats ou des 300.000 internautes qui ont signé une pétition pour protester, Manuel Valls l'assure au micro de RTL : il compte bien faire adopter la réforme du Code du travail comme il l'entend. Plus que jamais en position de force dans le gouvernement depuis la démission de Christiane Taubira, le Premier ministre continue de mettre en oeuvre sa politique inflexible.

Manuel Valls n'a d'ailleurs pas tardé à rappeler à ses ministres (Jean-Marc Ayrault, Ségolène RoyalMarisol Touraine) qui ont exprimé quelques doutes concernant ce projet de loi la nécessité de ne pas se disperser : "Je ne doute pas un seul instant que, le 9 mars prochain, le texte sera adopté par le Conseil des ministres. Ce que je demande à tous les ministres, c'est de s'engager pleinement".

Une majorité coûte que coûte

Cette volonté d'éviter tout écart de conduite et d'être en première ligne sur le sujet est telle que Manuel Valls a réduit au silence Emmanuel Macron lors de son déplacement à Mulhouse, lundi 22 février, pour faire la promotion de la réforme. Pendant que le pensionnaire de Matignon récitait son discours et répondait aux questions des journalistes pendant près d'une heure, le locataire de Bercy se contentait d'acquiescer, le sourire figé.

Droit dans ses bottes, Manuel Valls s'est bien gardé de reprendre cette expression qui avait coûté cher à Alain Juppé lorsqu'il était premier ministre. S'il a bien pris soin de choisir ses mots pour ne pas braquer davantage son camp, le message est on ne peut plus clair : si les socialistes ne lui donnent pas la majorité, Manuel Valls ira la chercher ailleurs. La main est d'ailleurs ouvertement tendue à la droite : "J'en appelle à un débat serein, intelligent qui permette de dépasser les clivages (...) entre les formations politiques de ce pays". À défaut d'obtenir une majorité rose, il se contentera donc d'une majorité bleue et rose. Ce qui est sûr, c'est que cela s'inscrit toujours dans le même objectif : aller au bout de la réforme coûte que coûte.

Apparaître en réformateur pur et dur

À lire aussi
Manuel Valls élections municipales
VIDÉO - Manuel Valls entre en campagne à Barcelone, et croit à une "remontada"

Pas question cependant de laisser la place à trop de concessions lors des débats parlementaires. Sur RTL, le Premier ministre est resté ferme sur les grandes lignes de la réforme qui, selon lui, "n'enlève aucun droit aux salariés" et "donne plus de possibilités aux entreprises". Et même s'il ne souhaite pas "préjuger de l'intelligence collective du Parlement", Manuel Valls n'a pas catégoriquement balayé l'idée de faire un passage en force avec l'article 49.3 de la Constitution. Une partie de la gauche a toujours en travers de la gorge la manière doit la loi Macron a été adoptée. "On a dû faire des compromis et, en plus, on a dû utiliser le 49.3", s'était agacé Manuel Valls il n'y a pas si longtemps devant des proches.

A priori, la gauche n'est donc pas prête d'effacer ses divisions au vu de la fermeté de Manuel Valls. Pas sûr cependant que François Hollande soit sur un credo identique. Le chef de l'État est toujours plus prudent en la matière. Mais comme il se trouve pour l'instant en visite présidentielle à l'autre bout du monde, le Premier ministre en profite pour apparaître en réformateur pur et dur. Un cadre socialiste fait d'ailleurs ce constat : "Il peaufine son image pour l'avenir".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manuel Valls Gouvernement Parti socialiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants