1 min de lecture Antiterrorisme

Loi antiterroriste : la radicalisation, "un terme vague", pour Danièle Obono

La députée de la France insoumise explique qu'il y a "besoin de prendre un peu de recul" sur les lois antiterroristes.

Danièle Obono et Jean-Luc Mélenchon, le 20 juin 2017
Danièle Obono et Jean-Luc Mélenchon, le 20 juin 2017 Crédit : Martin BUREAU / AFP
Émilie Jéhanno
Émilie Jéhanno

Alors que le projet de loi antiterroriste est débattu à l'Assemblée nationale, la députée Danièle Obono a remis en question le concept de radicalisation, dans l'émission BFM Politique, sur BFMTV, dimanche 1 octobre. "La radicalisation n’est pas un concept scientifique suffisamment arrêté", critique l'élue de la France insoumise, pour qui "on parle en terme vague". 

Début septembre, le ministre de l'Intérieur a annoncé vouloir intégrer dans le projet de loi une mesure pour lutter contre la radicalisation. Celle-ci permettrait de "muter et radier un fonctionnaire radicalisé" lorsqu'il exerce des missions de sécurité. "Cette loi est une loi d'exception notamment parce qu'elle s'appuie sur un certain nombre de concepts flous", charge la députée.

Interrogée par la journaliste sur le cas hypothétique d'un chauffeur de bus de la RATP qui refuserait de conduire après une femme, Danièle Obono tient à établir une distinction entre sexisme et radicalisation. "[Cette situation] veut dire qu’il a un préjudice contre les femmes. (...) Qu’est ce que ça a à voir avec la question du radicalisme?", a-t-elle interrogé. "Est-ce que quelqu’un qui refuse de conduire un bus après une femme doit être mis sur écoute, perquisitionné, mis en centre de rétention? Est-ce que des pratiques discriminatoires ont un lien avec le terrorisme? Non, je ne le crois pas."

À lire aussi
Un barrage de police à Strasbourg le 11 décembre 2018 après l'attentat perpétré par Chérif Chekatt Attaque à Strasbourg
Attentat de Strasbourg : cinq personnes arrêtées

Viser les sources de financement du terrorisme

L'élue, membre de la commission des lois de l'Assemblée nationale, explique qu'il y a "besoin de prendre un peu de recul pour faire ce travail-là". Elle indique qu'il "faudrait faire plus" dans les domaines de la justice et du renseignement. Elle souhaite, tout comme son groupe, une "mise à plat de la quinzaine de lois antiterroristes qui existent".

Pour la députée, il faut d'abord viser les sources de financement du terrorisme : "L’argent est le nerf de la guerre, donc il faut aussi s’attaquer aux sources qui permettent de financer les organisations terroristes, leur propagande et la diffusion de leurs idées", a-t-elle déclaré, proposant une "surveillance des paradis fiscaux, des États qui soutiennent les entreprises terroristes (et) des entreprises comme Lafarge".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Antiterrorisme La France insoumise Sécurité
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790310071
Loi antiterroriste : la radicalisation, "un terme vague", pour Danièle Obono
Loi antiterroriste : la radicalisation, "un terme vague", pour Danièle Obono
La députée de la France insoumise explique qu'il y a "besoin de prendre un peu de recul" sur les lois antiterroristes.
https://www.rtl.fr/actu/politique/loi-antiterroriste-la-radicalisation-un-terme-vague-pour-daniele-obono-7790310071
2017-10-02 12:41:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/lCoNMkIqykfav3o8A934kw/330v220-2/online/image/2017/0622/7789069448_daniele-obono-et-jean-luc-melenchon-le-20-juin-2017.jpg