1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Loi antiterroriste : Collomb présente sur RTL les nouvelles mesures
1 min de lecture

Loi antiterroriste : Collomb présente sur RTL les nouvelles mesures

INVITÉ RTL - Le ministre de l'Intérieur affirme que certains lieux de culte rouvriront et que certaines assignations à résidence prendront fin.

Gérard Collomb était l'invité de RTL le 31 octobre 2017
Gérard Collomb était l'invité de RTL le 31 octobre 2017
Crédit : Loïs Richard
Gérard Collomb était l'invité de RTL
12:32
État d'urgence : Collomb évoque sur RTL "32 attentats déjoués" en deux ans
00:43
Jihadistes revenus en France : Collomb répond à Wauquiez sur RTL
00:41
Loi antiterroriste : Collomb présente sur RTL les nouvelles mesures
12:30
Julien Absalon
Julien Absalon

Signée la veille par Emmanuel Macron, la loi antiterroriste est entrée en vigueur mardi 31 octobre. Le décret d'application a été publié au Journal officiel, afin de prendre le relais de l'état d'urgence qui s'achève le 1er novembre 2017. Ce dispositif était en place depuis le soir des attentats de novembre 2015. "On a pris les mesures qui permettent de vivre en sécurité et de protéger les Français", assure Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, au micro de RTL.

Avec cette nouvelle loi, qui reprend et adapte de nombreuses dispositions du régime d'exception, le gouvernement a notamment souhaité pouvoir "protéger les grandes fêtes". À l'image de ce qui a été fait durant l'Euro 2016, les pouvoirs publics pourront "fouiller les gens" et "mettre des périmètres de protection". En outre, les autorités se sont laissé la possibilité de pouvoir "fermer des lieux de culte où l'on inciterait à la radicalisation".

À l'heure de la fin de l'état d'urgence, onze lieux de cultes sont encore fermés. Parmi eux, "un certain nombre" vont rouvrir et d'autres sont en cours de fermeture. "Il y en a que l'on s'apprête à fermer, parce qu'il y a un radicalisme prôné dans ces lieux de culte", précise Gérard Collomb.

Des personnes assignées à résidence, qui sont au nombre de 41 à la fin octobre, vont aussi pouvoir "bénéficier d'un autre statut". Ce qui permet au numéro deux du gouvernement d'affirmer qu'il y a un "équilibre qui est cherché entre sécurité et liberté". Il prévient néanmoins que certains individus seront libres de leurs mouvements mais seront toujours "suivis" par les services de renseignement.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/