1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Logements sociaux : quelles sont ces communes qui ne respectent pas la loi SRU ?
2 min de lecture

Logements sociaux : quelles sont ces communes qui ne respectent pas la loi SRU ?

Info RTL INFO RTL - Depuis six mois, les préfets sont encouragés à préempter des terrains. 120 terrains ont déjà été récupérés par l'État.

Des logements sociaux (illustration)
Des logements sociaux (illustration)
Crédit : GERARD JULIEN / AFP
Logements sociaux quelles sont ces communes qui ne respectent pas la loi SRU
01:42
Christophe Ponzio & Ludovic Galtier

La fracture sociale est criante en Île-de-France : c'est le constat alarmant d'un rapport réalisé par le Secours catholique. La région parisienne est la plus riche de l'Hexagone mais le nombre de ménages pauvres augmente deux fois plus vite qu'ailleurs. Pour réduire ces inégalités, les maires sont priés de respecter la loi SRU qui impose un quota de logements sociaux. 

Là où cela coince, les préfets ont été fortement encouragés à préempter les terrains depuis six mois. Au total, 120 terrains ont été récupérés par l'État. Cela représente près de 1.500 logements sociaux programmés, et une vingtaine de permis construire signés à la place des communes qui ne respectent pas la loi SRU. Les préfets ont ainsi serré la vis à Fréjus dans le Var, Périgny-sur-Yerres dans le Val-de-Marne ou encore Reyrieux dans l'Ain.

2 millions de demandes de logement social toujours en attente

Au micro de RTL, Thierry Repentin, délégué interministériel à la mixité sociale dans l'habitat, explique que "les maires qui étaient récalcitrants pensaient que l'État n'irait pas jusqu'au bout. Le Premier ministre est très clair : il n'y a plus de passe-droit. Cela commence à se savoir et il y a des résultats." Parfois, l'accueil est musclé. Le ton est notamment monté à Maisons-Laffitte avec Jacques Myard, député-maire Les Républicains. Le candidat à la primaire de la droite de novembre accuse d'autoritarisme le représentant de l'État présent dans sa commune. "Je ne signerai pas des oukases de l'État (...) Je suis prêt à conventionner avec l'État pour des choses intelligentes, pas pour des abus d'autorité."

Malgré ces oppositions, le premier ministre en remettra une couche le 13 avril avec la publication d'une deuxième liste. Plus d'une dizaine de communes, des mauvais-élèves où l'État se substituera aux maires, sera dévoilée. Elle impliquera notamment des villes situées en Alsace et dans le Nord-Pas-de-Calais. En tout, ce sont près de 2 millions de demandes de logement social qui sont toujours en attente.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/